Berne met son veto à l'envoi par l'Allemagne en Ukraine des munitions fabriquées en Suisse

·1 min de lecture

La neutralité suisse à l’épreuve de la guerre en Ukraine. Berne s’est joint aux sanctions contre la Russie. Et a gelé les avoirs des oligarques. Mais pas question pour autant de livrer des armes à l’Ukraine. La Suisse a mis son veto à l’envoi, par l’Allemagne, de munitions fabriquées en Suisse, est destinées à l’armée ukrainienne.

Avec notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche

Les munitions concernées sont fabriquées dans la région de Zurich. Elles équipent le char allemand Marder, que Berlin pourrait livrer à l’Ukraine. L’Allemagne a donc demandé l’autorisation à son voisin pour aller de l’avant. Mais Berne s’y est opposé. Autant à cause de la neutralité suisse qu’à cause de la loi Suisse qui interdit les exportations de matériel de guerre dans les pays impliqués dans des conflits. Information confirmée par le ministère de l’Économie suisse.

Certains élus, en Suisse, disent toutefois ne pas comprendre la position du gouvernement qui a la possibilité d’autoriser ces exportations si c’est dans l’intérêt du pays. Le patron du principal parti de centre droit parle même de non-assistance à l’Ukraine.

En réalité, des armes fabriquées en Suisse sont utilisées dans le conflit. Notamment des ogives de la défense antichar ukrainiennes. Mais il s’agit de composants seulement. L’assemblage a eu lieu au Royaume-Uni. Qui n’a donc pas eu besoin de demander son avis à la Suisse avant de les envoyer à Kiev.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles