Bernadette Chirac : sa "dépression terrible" après la mort de sa fille Laurence

·1 min de lecture

Elle a toujours été considérée comme la grande absente de la famille Chirac. Laurence, fille aînée de Bernadette et Jacques Chirac, est morte d'un malaise cardiaque le 14 avril 2016. Elle avait 58 ans. À sa disparition, le monde de sa mère, qui lui avait consacré toute sa vie jusqu'alors, s'effondre. Pour l'ancienne Première dame, qui a déjà affronté plusieurs épreuves, la peine et la souffrance sont insurmontables.

Et pour cause : comme l'explique Béatrice Gurrey dans Le roi emmuré (Ed. des Équateurs) paru en septembre dernier, Bernadette Chirac ne pensait pas un instant survivre à sa fille. Dans son esprit, elle partirait avant elle. "L'impensable pour tout parent se doublait chez cette mère d'une inquiétude lancinante sur l'avenir de Laurence, handicapée, en grande partie dépendante, lorsqu'elle-même serait partie", écrit la journaliste dans son livre. Le destin en a voulu autrement...

"Ce n'est pas seulement son enfant qui a disparu, un soir d'avril 2016, mais le but de son existence", analyse Béatrice Gurrey. Dans un entretien accordé à gala.fr, cette dernière s'explique : "Sa vie a basculé. Tout d’un coup, sa fille meurt et là elle ne réalise pas tout de suite mais c’est un peu le but de sa vie qui s’effondre. Elle s'est pris un mur."

Pour ne pas se laisser submerger par des pensées sombres, l'épouse de Jacques Chirac décide de se rendre active : "Elle a voulu tout faire elle-même. Vider l'appartement de sa fille, organiser ses funérailles, répondre au courrier." Mais le (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Emmanuel Macron : cette punchline musclée de l’un de ses visiteurs contre Édouard Philippe
Assassinat d’Hélène Pastor : son ex-gendre demande sa mise en liberté
Ça balance : Mareva Galanter "insignifiante et sans intérêt" pour Geneviève de Fontenay
George Clooney généreux avec ses amis : ces millions de dollars dépensés en cadeaux
Melania Trump : de la femme trophée à la femme d'influence