Bernard Thibault : «Avant, pendant et après les JO, accompagner la volonté d’exemplarité sociale»

Libération.fr

Après les sportifs, les politiques et plusieurs grandes entreprises, les cinq principales organisations syndicales françaises ont apporté leur soutien à Paris 2024. Via une charte pour l’emploi signée fin mars par la CGT, la CFDT, FO, la CFTC et CFE-CGC, pour garantir une «exemplarité sociale». Une façon, pour le comité français pour l’organisation des Jeux olympiques, opposé à Los Angeles, de déminer le terrain des grèves, les mouvements sociaux de 2005 ayant entravé la précédente candidature en 2008. Explications de Bernard Thibault, ancien premier secrétaire de la CGT, représentant de la France à l’Organisation internationale du travail et référent syndical pour le comité de Paris 2024.

Pourquoi les syndicats ont-ils signé cette charte alors que les sponsors du projet sont des groupes, parfois connus pour leur mauvaise gestion sociale ?

Justement, faut-il laisser le terrain libre à la finance ? Doit-elle décider de tout ? Les syndicats tiennent à prendre leur part dans un événement médiatique et populaire majeur. Dans un projet comme Paris 2024, il faut une place pour chacun. Pour les syndicats, il s’agit de porter le message et les valeurs sociales, mais aussi de s’assurer de leur bonne application. Nous avons noté l’engagement du comité de Paris 2024 d’organiser des Jeux exemplaires. Reste à accompagner cette volonté d’exemplarité sociale, avant, pendant et après les JO. Des dizaines de milliers d’emplois sont concernés, même si la plupart des infrastructures requises sont déjà existantes : dans la réfection et la construction BTP, les réseaux de transports et de télécommunication, etc.

Quels engagements avez-vous obtenus ?

L’exemplarité sociale : les organisations syndicales auront leur mot à dire dans un comité consultatif pendant les JO. Conditions de travail : respect des conditions d’hygiène, de sécurité, etc. Formation : former aux métiers du tourisme, de l’événementiel, du sport… Reconversion : faire de ces JO un moteur de développement social et (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

L’assistant parlementaire ne faisait pas l’apologie du terrorisme
Tu mitonnes !
BNP PPF rattrapée par ses prêts toxiques en francs suisses
Duquesnoy, celui qui dit gnon
Le Vélib change de braquet

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages