Bernard Tapie perquisitionné à son domicile : ce geste des policiers qui l'a touché

·1 min de lecture

Bernard Tapie a eu une très mauvaise surprise le mercredi 17 mars dernier. Comme le révèle Le Point, l'homme d'affaires de 78 ans a fait à l'objet d'une perquisition à son hôtel particulier du 52 rue des Saints-Pères, à Paris. Quinze policiers venus de Belgique - hormis trois -, ont fait irruption devant sa porte."Ouvrez ou on défonce la porte", auraient-ils crié pendant que le propriétaire des lieux répondait : "Défoncez-la si vous voulez". Après cet échange musclé les forces de l'ordre seraient toutefois parvenues à entrer dans le domicile. Elles avaient été mandatés par un juge belge afin de saisir des documents concernant les actifs, la gestion et les comptes de la société de droit luxembourgeois SREI, filiale de GBT Holding du groupe Bernard Tapie et propriétaire de la villa tropézienne La Mandala. Au même moment, cette dernière a été perquisitionnée en présence de Procureur royal de Liège.

Attendu à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, où il est soigné pour son cancer, Bernard Tapie a pu quitter les lieux. Il a toutefois demandé à son épouse Dominique, à leur fille ainsi qu'à l'époux de cette dernière de répondre aux questions des enquêteurs. Lorsqu'il est revenu, les policiers étaient toujours présents et avaient saisi les données de ses téléphones ainsi que l'ordinateur personnel de l'homme d'affaires. Un objet très important pour Bernard Tapie puisqu'il contient ses ordonnances pour lutter contre son cancer ainsi que l'agenda de ses prochains rendez-vous avec ses médecins. (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Meghan Markle : cette indélicatesse sur Kate Middleton qui a été coupée de son interview avec Oprah Winfrey
Line Renaud : comment elle a poussé Muriel Robin et Anne Le Nen à se marier
PHOTO Mélanie Martial et son fils Swan prennent la pose, la Toile est conquise
Julia Paredes enceinte : ses douleurs l'angoissent, elle veut se rendre à l'hôpital
PHOTO Monsieur Poulpe victime d'une allergie alimentaire, il montre son « visage chelou »