Bernard Tapie est mort à l'âge de 78 ans

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·5 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

DÉCÈS - Bernard Tapie est décédé à l’âge de 78 ans, a annoncé ce dimanche 3 octobre sa famille. L’homme d’affaires et ex-ministre souffrait d’un double cancer de l’estomac et de l’œsophage depuis plusieurs années.

Selon les déclarations de sa famille à La Provence, Bernard Tapie est parti “paisiblement, entouré de sa femme, ses enfants, ses petits-enfants et son frère, présents à son chevet. Il a fait part de son souhait d’être inhumé à Marseille, sa ville de cœur.”

Le maire de la ville Benoît Payan lui a d’ailleurs rendu hommage en saluant un homme ”à jamais Marseillais”. Il souhaite qu’un hommage populaire lui soit rendu, mais a précisé que rien ne se fera sans concertation avec la famille.

L’état de Bernard Tapie s’était dégradé ces derniers mois. En décembre 2020, il expliquait être “au plus mauvais point (qu’il ait) connu depuis 3 ans”. En mai dernier, son fils Laurent avait expliqué sur BFMTV que “de nouvelles tumeurs étaient apparues.” “Les chances statistiques à ce stade-là sont épouvantables”, avait-il ajouté.

Son état de santé était tel que l’homme d’affaires n’avait pas pu se présenter à l’audience en appel dans l’affaire de l’arbitrage du Crédit Lyonnais en juin dernier. Prenant en compte sa situation, le ministère public avait requis du sursis à son encontre.

“La première image qui me vient de Bernard Tapie c’est celle du combattant, pour ses idées, ses convictions. Il a toujours été très engagé contre l’extrême droite mais surtout pour des causes: son club, sa ville, l’entreprise... Un homme très engagé qui a tout donné et on l’a vu aussi contre la maladie”, a réagi le Premier ministre Jean Castex depuis Avignon au micro de BFMTV. “Il a lutté comme le combattant qu’il a toujours été”.

Le club de la cité phocéenne a fait part de “sa profonde tristesse” après l’annonce du décès de son ancien dirigeant. “Il demeurera à jamais dans la légende du club”, a salué l’OM.

Bernard Tapie, de la politique au sport, en passant par la justice

Né en 1943 à Paris, Bernard Tapie a longtemps participé à la vie politique française. Il a d’abord été conseiller des Bouches-du-Rhône du 1994 à 1995, avant d’embrasser une carrière d’envergure nationale: eurodéputé pendant trois ans, puis député des Bouches-du-Rhône entre 89 et 96, avant d’accéder brièvement au poste de ministre de la Ville pendant la présidence de François Mitterand en 1992. Il doit cependant démissionner au bout de deux mois pour abus de biens sociaux. Après un non-lieu, il revient à ce poste pour trois mois fin 1992-début 1993.

Un des souvenirs les plus marquants de sa carrière restera sans doute son affrontement avec Jean-Marie Le Pen, patron du Front National, lors d’un fameux débat télévisé.

Au-delà de ses faits d’armes politiques, Bernard Tapie était aussi connu pour ses nombreux engagements dans diverses causes, salués par tous à l’annonce de son décès.

En 1977, il se spécialise dans la reprise et la revente de sociétés en difficulté. Surnommé le “Zorro des entreprises”, il s’illustre en 1990 avec le rachat d’Adidas, géant allemand de l’équipement sportif. Il se bâtit un empire et une fortune qui lui permettent de s’offrir un hôtel particulier à Paris et un luxueux voilier, le “Phocéa”.

En 1983, Bernard Tapie investit dans les activités sportives, d’abord en montant une équipe cycliste, “La Vie claire”, puis en reprenant le club de foot de l’Olympique de Marseille. C’est le début d’une longue histoire avec le club marseillais.

En 1993, c’est quelques jours avant la victoire de Marseille en Coupe d’Europe des clubs champions qu’éclate l’affaire de corruption du match OM-VA. Dès lors, les foudres de la justice vont s’abattre sur Bernard Tapie, se soldant par de la prison, une mise en liquidation judiciaire personnelle et la perte de ses mandats électifs.

“Toi l’éblouissant chef d’un orchestre”

Ce père de quatre enfants va se replier sur sa famille, autour de sa seconde épouse Dominique -son roc-, faire du cinéma (“Hommes, femmes, mode d’emploi”, de Claude Lelouch), de la radio et du théâtre. Sur TF1, il tient le rôle du “Commissaire Valence”, de 2003 à 2008. Après être revenu aux affaires en 2009, il met en 2012 la main sur les derniers titres du groupe Hersant, dont “La Provence”, à Marseille.

En 2008, il empoche les quelque 400 millions d’euros que lui octroie l’arbitrage dans son vieux conflit avec le Crédit lyonnais sur la vente d’Adidas. Mais, neuf plus tard, il est condamné définitivement à rendre l’intégralité des sommes.

Pourtant, dans le volet pénal de cette saga judiciaire, le tribunal le relaxe en juillet 2019 des accusations “d’escroquerie”. “Mon cancer vient de prendre un sale coup dans la gueule ! C’est bien la preuve qu’il faut toujours, toujours, se battre jusqu’au bout”, avait-il réagi même si le parquet a ensuite fait appel.

“C’est une figure qui a incroyablement marqué la société française. Avec à la fois ses côtés discutés, polémiques et en même temps cette espèce d’énergie comme un soleil”, a résumé François Bayrou auprès de BFMTV.

“Les amoureux du foot, bateau, vélo, ski, théâtre, cinéma, musique, aventure, ceux qui luttent contre une maladie, ceux qui veulent changer leur destin, t’embrassent et te saluent, toi l’éblouissant chef d’un orchestre dont tu jouais toi-même de tous les instruments”, a déclaré Jean-Louis Borloo, avocat historique et intime de Benard Tapie et de sa famille.

À voir également sur Le HuffPost:

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles