Bernard Tapie, l’étonnante coïncidence entre sa vie et un de ses films

·2 min de lecture

Sur le plateau du 20 heures de France 2 dimanche, Bernard Tapie s'est souvenu du film de Claude Lelouch «Hommes, femmes, mode d’emploi», dans lequel il interprète un homme d'affaires à qui on diagnostique un cancer. 

C’est un hasard des plus troublants. En 1996, Bernard Tapie a fait ses premiers pas au cinéma dans le film de Claude Lelouch «Hommes, femmes, mode d’emploi». Il y incarne Benoît Blanc, un homme d'affaires à qui on détecte un cancer. «Je ne dors plus, je n’arrive plus à dormir, je ne pense qu’à ça tout le temps», déclare le personnage qui a appris le mal qui le ronge. «Je vais me battre, tout ce que j’ai d’énergie, je vais tout mettre», promet-il dans un extrait que le 20 heures de France 2 a rediffusé dimanche soir.

"C’était inimaginable"

«C’est un passage qui a été pour moi l’un des passages les plus incroyables de ma vie, explique Bernard Tapie en plateau. Je sors de l’hôpital de Nice où on vient de m’annoncer que j’ai un cancer – de l’estomac - celui qu’on me découvre dans le film». Dans le film toujours, le médecin qui lui annonce la terrible nouvelle est interprété par Pierre Arditi. «Je vais à Nice, je monte dans l’avion, je rentre et au premier rang il y a Pierre Arditi». Le comédien lui demande comment il va : «Je lui dis Pierre, tu te souviens ce que tu m’avais trouvé comme maladie, il y a 25 ans? Et bien aujourd’hui c’est vrai». «On s’est attrapé, c’était inimaginable», se souvient-il ému.

Voilà trois ans que Bernard Tapie, 78 ans, lutte contre un double cancer, touchant l’estomac et l’œsophage. Les dernières nouvelles ne sont pas des plus rassurantes mais l’éternel battant reste optimiste. «On attend, on cherche. Les traitements qui étaient efficaces ont fait leur preuve. J’avais perdu 75% de mes tumeurs. Et en deux mois elles avaient doublé avec des métastases. Mais - et c’est ça que les cancéreux doivent savoir- il y a un nombre incroyables de petits laboratoires qui travaillent sur les nouvelles(...)


Lire la suite sur Paris Match