Bernard Tapie : son coup de gueule contre les supporters de l'OM après l'attaque du centre d'entraînement

·1 min de lecture

Samedi, l'Olympique de Marseille a sombré dans la colère et la violence. Agacés par la gestion des dirigeants du club et le niveau déplorable des joueurs, de nombreux supporters ont pris d'assaut le centre d'entraînement du club, la célèbre Commanderie. Entre 300 et 350 ultras ont allumé des fumigènes et lancé des projectiles devant l'entrée du centre, certains parvenant même à pénétrer dans l'enceinte. Le joueur marseillais Alvaro aurait d'ailleurs été touché par un projectile, et la Ligue de football a finalement pris la décision de reporter le match OM-Rennes, prévu hier soir. Alors les grands noms du club haussent le ton.

Comme souvent lorsque l'institution marseillaise est attaquée, un homme ne manque pas de venir prendre sa défense : Bernard Tapie. L'ancien président du club (de 1986 à 1995) a condamné l'invasion de la Commanderie dans une réaction accordée au journal La Provence : "Ce n'est pas possible de se laisser aller à de tels actes vis-à-vis du club. Et je ne parle pas d'Eyraud (l'actuel président du club, ndlr). Je parle bien du club, de l'institution Olympique de Marseille. [...] Tant que leur colère est dans l'affichage, dans la rue ou au stade, ça passe. Mais là, c'est trop", estime-t-il. "Leur frustration et cette colère, on les comprend. Mais on ne peut les accepter de cette façon. Ce n'est pas possible", ajoute l'homme d'affaires de 78 ans, atteint depuis plusieurs années d'un cancer qui le ronge.

Mais Bernard Tapie ne tape pas que sur les ultras, puisqu'il (...)

Lire la suite sur le site de Voici

PHOTO Khloe Kardashian dévoile une photo de ses vergetures, les internautes déçus
Loïc Le Cotillec, le musicien incarcéré pour viols : les témoignages glaçants de trois autres femmes dévoilés
Jean-Luc Reichmann : sa fille Rosalie a dû se séparer de son compagnon
Mort de Faustine Nogherotto : son message bouleversant posté un mois avant sa disparition
Emmanuel Macron : cette scène cocasse avec ses ministres lors d'un Conseil de défense