Bernard Tapie « angoissé » : ces moments qu’il redoute depuis la découverte de son cancer

·1 min de lecture

Voilà trois ans que Bernard Tapie se bat contre un double cancer de l’estomac et de l’œsophage. Ce dimanche 27 décembre, l’homme d’affaires faisait l’objet du « Portrait de la semaine » d’Audrey Crespo-Mara dans Sept à Huit. L’occasion pour lui de faire le point sur son état de santé. La veille de son entretien face aux caméras de TF1, le septuagénaire a appris que son dernier traitement avait échoué. Une terrible annonce qui ne lui a pas pour autant fait perdre l’espoir de guérir un jour. « Ce cancer, il suffit qu’en huit jours on trouve une parade. […] Donc ça en vaut la peine. Votre énergie, c’est elle qui alimente ce qu’on appelle l’immunité. […] Donc on ne désespère pas, on se bouge, on ne reste pas allongé, on évite les antidouleurs. Bref, on fait tout pour rester intact », a-t-il déclaré dans un témoignage bouleversant.

S’il fait preuve d’un courage à toute épreuve, Bernard Tapie traverse toutefois des moments de doute. Aujourd’hui âgé de 77 ans, l’ancien propriétaire de l’Olympique de Marseille reconnaît être « souvent » envahi par la peur. « J’ai peur à l’attente du résultat d’un examen et puis dès qu’il tombe, il tombe. Mais avant qu’il arrive, je suis angoissé, j’ai peur. Il n’y a pas de surhomme », confie celui qui ne s’est jamais laissé abattre lorsque les résultats de ses analyses étaient mauvais. Une force de caractère qu’il doit à son parcours hors norme. Né dans une famille pauvre, Bernard Tapie n’était pas prédestiné à devenir dirigeant d’entreprises ou encore (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Bernard Tapie : pourquoi il garde espoir malgré l’échec de son traitement contre le cancer
PHOTO Ingrid Chauvin : ce moment précieux entre son arrière-grand-père et son fils Tom qui émeut ses fans
PHOTO Hélène Darroze poste un rare cliché de son père et fait craquer Laeticia Hallyday
PHOTOS Bella Thorne à moitié nue dans la neige : ses fans prennent feu
Olivier Véran : interrogé par le JDD sur les vaccins, il s'emporte