Bernard Noël, l’intelligence poétique

·1 min de lecture

La langue française n'en finit plus de perdre ses serviteurs… Bernard Noël, poète, essayiste et critique, vient de mourir à l’âge de 90 ans. Olivier Barbarant, poète et contributeur de nos pages culturelles, rend hommage à une voix singulière de notre littérature.

Le début de l’année 2021 aura donc été bien funèbre pour la poésie française : après Philippe Jaccottet, c’est Bernard Noël dont nous devons accepter la mort. La mort, en effet, et non pas la disparition : si " L’homme, c’est du corps et de la langue " , comme le dit L’Espace du poème, qui s’est efforcé comme Bernard Noël de travailler sa vie durant avec cet alliage, cette combinaison, cette articulation parfois boiteuse de peau et de langage offre à ses lecteurs la chance de les retrouver, fût-ce désormais en l’absence de l’auteur.La nouvelle m’est parvenue au milieu d’une confusion de bruits qu’on aurait dit tout droit sortie d’une de ses réflexions sur notre époque : la télévision bourdonnait d’une rumeur assez indécise ; j’avais sous les yeux un écran d’ordinateur, mais c’est par le biais d’une messagerie, ouverte sous la page en cours de rédaction, que j’ai vu apparaître son visage, la couronne de cheveux que le temps versait de plus en plus vers l’arrière du crâne, le beau profil où longtemps quelque chose de Léo Ferré se mêlait à Giacometti – enfin l’information, donnée sur le réseau social par un admirateur, sobrement, dans la seule juxtaposition de deux dates, 1930-2021. Mon attention, flottante,...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Et si Bernard Tapie ne s’était pas pris les pieds dans l’affaire OM-VA ?

Bataille Lagardère contre Vivendi et Amber Capital : et à la fin, c'est Bernard Arnault qui gagne

Dépeçage de Lagardère : derrière Bernard Arnault et Vincent Bolloré, l'ombre de Macron

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

Affaire Altrad : Bernard Laporte, le patron du rugby français, placé en garde à vue et soupçonné de favoritisme