Bernard Menez : « Non, je n’ai pas tourné dans “Mon curé chez les nudistes !” »

Par Florent Barraco
·1 min de lecture
Bernard Menez, invité de Thierry Ardisson en 2012.
Bernard Menez, invité de Thierry Ardisson en 2012.

Une drôle de tête, une drôle de voix, une drôle de carrière. Bernard Menez est quelqu'un de drôle. Star des comédies populaires franchouillardes, chanteur d'un tube comme seule la France sait en faire (« Jolie poupée », qui s'est payé le luxe de devancer « Thriller » de Michael Jackson au hit-parade !), l'acteur est d'abord méprisé par toute une partie de l'élite culturelle avant de connaître un (timide) retour en grâce dans les années 2010 (avec notamment le Pour Bernard Menez, de Richard Millet, paru en 2017). En 2012, dans Tout le monde en a parlé ? disponible sur la chaîne INA ArdiTube ?, Thierry Ardisson s'attelait à redorer le blason du comédien.

D'abord, Bernard Menez n'est pas un benêt arrivé sur les planches de théâtre par défaut. Après des études en maths sup maths spé et avoir présenté les Ponts, les Mines, Centrale, le futur Alexandre de Pleure pas la bouche pleine rentre à l'École normale supérieure de l'enseignement technique (Enset). « Je me suis dit : j'en ai pour dix ans. J'ai pris peur. J'ai fait quelque chose qui était terrible pour mes parents et ma famille : j'ai démissionné de l'Enset, résilié mon sursis d'étude et fais mon service militaire. » C'est durant cette période qu'il monte une troupe et décide de devenir comédien. Ses parents ne comprennent pas. « Avec le recul, je me dis que j'ai été inconscient », signale-t-il.

Acteur chez Truffaut

Le succès arrive finalement assez vite et Bernard Ménez multiplie les films, maltraité par la c [...] Lire la suite