REMANIEMENT :

Elisabeth Borne nommée Première ministre

Bernard Cazeneuve quittera le PS en cas d'accord avec LFI

Bernard Cazeneuve photographié lors de la Convention d'investiture d'Anne Hidalgo en octobre 2021 à Lille (illustration) (Photo: REUTERS/Pascal Rossignol)
Bernard Cazeneuve photographié lors de la Convention d'investiture d'Anne Hidalgo en octobre 2021 à Lille (illustration) (Photo: REUTERS/Pascal Rossignol)

Bernard Cazeneuve photographié lors de la Convention d'investiture d'Anne Hidalgo en octobre 2021 à Lille (illustration) (Photo: REUTERS/Pascal Rossignol)

POLITIQUE - Les jours se suivent et se ressemblent pour les anciens ténors socialistes. Alors que le PS négocie un accord avec la France insoumise en vue des élections législatives, l’ancien ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a publié un long texte sur Facebook ce mardi 3 mai pour dénoncer l’initiative prise par Olivier Faure.

“En politique, savoir qui l’on est et ce que l’on veut, c’est aussi avoir une idée claire de ce que l’on n’est pas et de ce que l’on n’acceptera jamais de devenir”, écrit Bernard Cazeneuve, avant de fustiger plusieurs positions de la formation de Jean-Luc Mélenchon avec lesquelles les socialistes auront à composer.

“L’indépendance de la Nation n’a jamais signifié la rupture de ses alliances militaires ni l’accommodement avec des régimes autoritaires ou des dictatures, sur notre continent ou sur d’autres”, tacle Bernard Cazeneuve, en référence au tropisme russe souvent reproché au leader de la France insoumise.

“Refonder n’est pas se renier”

“La République laïque ne peut frayer avec le communautarisme. Le pacte républicain ne peut vivre dans la haine entretenue de l’Etat, de la police qui protège et de ceux qui servent la Nation au nom de l’intérêt général. La réorientation des politiques de l’Union ne saurait se traduire par la destruction du projet européen qui permettrait à d’autres de décider, à notre place, de notre destin”, insiste Bernard Cazeneuve, estimant que “la gauche qui gagne est une gauche de gouvernement qui se confronte au réel”.

Raison pour laquelle l’ex-locataire de Matignon affirme qu’il n’aura plus sa place dans un parti qui accepte de travailler avec Jean-Luc Mélenchon. “Parce que je suis fidèle au socialisme républicain et que je le resterai, je ne pourrai, en conscience et en responsabilité, demeurer dans le parti dont les dirigeants auront oublié ce qui le fonde et perdu leur boussole”, explique Bernard Cazeneuve, appelant les socialistes de sa sensibilité à “tout reconstruire et tout réinventer” pour l’avenir.

“Il faut donner un débouché politique, comme François Mitterrand a toujours su le faire, aux aspirations populaires. Il faut conjuguer, selon les mots de Jaurès, l’idéal et le réel. Refonder n’est pas se renier”, écrit encore Bernard Cazeneuve, dans un alignement complet avec les discours de François Hollande, Stéphane Le Foll ou encore Jean-Christophe Cambadélis à ce sujet.

Un texte qui n’a que peu de chances de faire dévier Oliver Faure de sa trajectoire. Et pour cause, le premier secrétaire du PS a invité ceux qui refusent l’accord à quitter le parti.

À voir également sur Le HuffPost: De RN à LREM, une passion soudaine pour les débats internes de la gauche

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles