Bernard Accoyer : « Nous allons vers un manque d’électricité »

·1 min de lecture
Pour Bernard Accoyer, « nous avons sous-estimé les besoins futurs en électricité ». Mais avec quoi la produire… ?
Pour Bernard Accoyer, « nous avons sous-estimé les besoins futurs en électricité ». Mais avec quoi la produire… ?

À l?aube d?une année de campagne présidentielle, l?ancien président de l?Assemblée nationale, qui milite pour le maintien d?une forte industrie nucléaire en France, s?alarme de la politique énergétique conduite jusqu?à présent par le gouvernement et du peu d?empressement des différents candidats à aborder de front un sujet hautement polémique. S?exprimant aux universités d?été du Medef cette semaine, Bernard Accoyer a endossé l?habit du « lanceur d?alerte » : « On a sous-estimé les besoins futurs en électricité », prévient-il. La lutte contre le réchauffement climatique « imposera une électrification massive » de nos différentes activités. Mais avec quoi la produire ? À la tête de l?association Patrimoine nucléaire et Climat (PNC-France), il espère imposer cette question « cruciale » dans le débat public. Entretien.

Le Point : Vous vous êtes investi tout au long de votre carrière politique dans les problématiques scientifiques. L?avenir de notre politique énergétique n?apparaît pas, aujourd?hui, comme un thème central de la future campagne présidentielle? Ce serait une erreur ?

Bernard Accoyer : Ce serait très dommageable pour le débat démocratique, notre avenir et la liberté. La liberté s?est conquise au travers des connaissances, de la culture, de la maîtrise des sciences humaines, des sciences exactes et des techniques? Mais la liberté nécessite également l?accès à des biens aussi fondamentaux que l?eau ou l?énergie. Or, la mouvance de l?écologie politiqu [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles