Bernadette Chirac : ces "larmes de bonheur" qu'elle a dû vite sécher

·1 min de lecture

Elle y a consacré vingt-cinq ans de sa vie. De 1994 à 2019, Bernadette Chirac a présidé, avec beaucoup d'énergie et de détermination, la Fondation Hôpitaux de Paris - Hôpitaux de France, avant de passer le flambeau à Brigitte Macron. Durant toutes ces années, l'ancienne Première dame a pris plaisir à organiser l'Opération Pièces Jaunes, qui a permis de récolter des sommes d'argent considérables pour les hôpitaux. Un an avant que l'épouse d'Emmanuel Macron lui succède, un scénario, flatteur pour Bernadette Chirac, a été envisagé, comme l'a confié Béatrice Gurrey, journaliste et auteure du Roi emmuré (éditions des Équateurs) à gala.fr : "Il y a eu une première étape qui était de transformer La Fondation Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France en Fondation Bernadette Chirac."

Pour la principale intéressée, l'émotion était alors à son comble : "Quand Bernadette Chirac a appris ça, elle a fondu en larmes de bonheur, parce que c’était la reconnaissance de toute l’œuvre de sa vie." Très touchée par ce geste, la mère de Claude Chirac a pourtant vite dû sécher ses larmes. S'il ne manquait que "l'approbation du Conseil d'État" - "une formalité" selon Béatrice Gurrey - ce changement de nom proposé par le conseil d'administration, symbolique pour l'épouse de Jacques Chirac, n'a hélas jamais vu le jour. "Brusquement, tout a déraillé. Une longue chaîne de transmission s'est brisée", a fait savoir la journaliste du Monde dans son livre Le roi emmuré.

Après la Fondation Claude-Pompidou ou la Fondation (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTOS - Nagui et Mélanie Page : déjà 10 ans de mariage et 20 ans d'amour !
PHOTOS - Sylvie Tellier : parcours, amours, enfants... son évolution depuis son sacre de Miss France
Diana et son amant James Hewitt en pleins ébats à proximité de William et Harry ? Enfin la vérité
Le saviez-vous ? Ivanka Trump a appris le divorce de ses parents par la presse
VIDÉO - Gérald Darmanin moqué : « Il doit y avoir une maladie au ministère de l’Intérieur »