Berlin et Munich suspendent la vaccination avec AstraZeneca pour les moins de 60 ans

·2 min de lecture

La ville de Berlin a annoncé mardi suspendre "par précaution" l'utilisation du vaccin AstraZeneca contre le Covid pour les personnes, hommes et femmes, de moins de 60 ans, dans l'attente de nouvelles recommandations nationales.

Les villes allemandes de Berlin et Munich ont annoncé mardi suspendre "par précaution" l'utilisation du vaccin AstraZeneca contre le Covid pour les personnes, hommes et femmes, de moins de 60 ans, dans l'attente de nouvelles recommandations nationales. Selon la chaîne régionale publique Rbb, la région du Brandebourg, qui entoure Berlin, a pris une décision similaire. "Nous avons décidé, par précaution, d'arrêter la vaccination des moins de 60 ans avec AstraZeneca", a indiqué la responsable de la Santé pour le Sénat de Berlin, Dilek Kalayci. Les responsables sanitaires de Munich, troisième ville d'Allemagne, lui ont emboîté le pas en annonçant sur Twitter la suspension "jusqu'à ce que la question de possibles complications soit éclaircie". Ce vaccin anti-Covid est l'objet de suspicions dans plusieurs pays après des cas graves de formation de caillots sanguins.

"Nous n'avons à Berlin encore aucun cas grave d'effets secondaires", a précisé Mme Kalayci. Tous les rendez-vous pris par les moins de 60 ans pour recevoir le vaccin AstraZeneca sont annulés à Berlin, a-t-elle ajouté. Lundi, une autre collectivité, le canton de Euskirchen (ouest) a stoppé la vaccination des femmes de moins de 55 ans avec le produit du laboratoire anglo-suédois après le signalement de cas de thrombose chez deux femmes vaccinées. Dans la grande région de Rhénanie du Nord-Westphalie, les responsables de cinq des six hôpitaux universitaires se sont également prononcés en faveur d'un arrêt temporaire de la vaccination des jeunes femmes par Astrazeneca, en raison des risques, selon une lettre commune adressée au ministère de la Santé et citée par les médias allemands. L'institut médical Paul-Ehrlich, qui conseille le gouvernement en matière de(...)


Lire la suite sur Paris Match