Bergerac : le nouveau-né retrouvé dans des toilettes était "vivant", la mère présumée en garde à vue

© MEHDI FEDOUACH / AFP

La mère présumée du nouveau-né retrouvé mort vendredi dans des toilettes de la gare de Bergerac, en Dordogne, est en garde à vue dans une enquête pour meurtre sur mineur de 15 ans, des résultats d'autopsie ayant montré que l'enfant était "né vivant", a indiqué mardi la procureure de la République.

Une deuxième personne est également en cours de garde à vue, a précisé dans un communiqué Sylvie Martins-Guedès, sans préciser son lien avec l'enfant ou sa mère présumée. Selon le parquet, les premières conclusions de l'autopsie menée mardi à l'Unité de médecine légale thanatologique du CHU de Bordeaux montrent que le nouveau-né, un garçon, est "né vivant", "sans signe de prématurité excessive", et a "respiré".

"L'intervention d'un tiers ne peut être exclue"

Cet examen a en outre permis de déterminer que le décès n'était pas dû à une "cause traumatique" mais à "une défaillance cardiorespiratoire aiguë" dont l'origine reste inconnue, le parquet relevant toutefois "un contexte de submersion". "L'intervention d'un tiers ne peut être exclue", a également précisé la procureure de Bergerac, qui s'est dessaisie au profit du pôle criminel du parquet de Périgueux.

Vendredi après-midi, le corps sans vie d'un nouveau-né de sexe masculin avait été retrouvé par un agent d'entretien dans la cuvette des toilettes pour personnes à mobilité réduite de la gare de Bergerac, où se trouvaient également du sang et le placenta. L'enquête avait initialement été ouverte pour recherches des causes de la mort et confiée au commissariat de Bergerac.

Retrouvez cet article sur Europe 1

VIDÉO - "Elle a dit qu’elle avait des pulsions de mort sur son bébé et personne ne la prenait au sérieux" : Aude Pépin ("À La Vie")

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles