A Bercy, les syndicats accusent Nokia d'avoir dupé les salariés... et Macron

Libération.fr

Venus dénoncer l'annonce de 597 suppressions d'emplois par le géant des télécoms, les élus syndicaux réclament une réaction du gouvernement. Non sans oublier, qu'il y a deux ans, l'ex-ministre de l’Économie se portait garant de l'emploi au sein du groupe.

«Emmanuel Macron se serait-il fait duper par la direction du groupe Nokia lors du rachat?» C’est une des questions que sont venus poser les représentants des salariés du groupe à Bercy, ce jeudi. Sans obtenir, pour l’heure, beaucoup de réponses. La semaine dernière, alors que le géant finlandais des télécoms venait d’annoncer sa volonté de supprimer 597 emplois supplémentaires en France d’ici 2019, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie, Benjamin Griveaux, s’était empressé de convier à sa table les partenaires sociaux. Objectif? Evoquer avec eux ce dossier qui pourrait s’avérer épineux pour le président de la République.

Et pour cause, en avril 2015, celui qui était alors ministre de l’Economie s’enthousiasmait du rachat d’Alcatel-Lucent par Nokia, évoquant «une bonne opération», allant jusqu’à parler d'«opération d‘avenir». Et d’ajouter: «Il n‘y aura aucune destruction d‘emplois en France. Le nombre d‘emplois sera le même et même davantage. Nous avons eu tous les engagements de la part de Nokia». De quoi, aujourd’hui, faire grincer des dents les syndicats.

A l’époque, le groupe se faisait fort de «renforcer les sites de Lannion et de Villarceaux en faisant de la France un centre d’excellence majeur du groupe». Surtout, Nokia n’hésitait pas à multiplier les promesses. Celle de maintenir les effectifs français à 4200 salariés, et ce au moins jusqu’à fin 2017. Mais aussi d’embaucher 500 personnes dans la recherche et développement. Or, pour les syndicats, le compte n’y est clairement pas. «Nous n’avons jamais été 4200. Quant au recrutement en R&D, il n’y en a eu que 120 pour le moment», s’agace Bernard Trémulot, délégué syndical central de la CFDT. A contre-courant, à la (...) Lire la suite sur Liberation.fr

La Région IDF reprend un immeuble classé loué au cinéaste Dupontel
Non, Irma n'a pas fait des milliers (ni des centaines) de morts à Saint-Martin
Saint-Martin, Paris 2024 , Birmanie : l'essentiel de l'actu
Loi travail : on a perdu les syndicats
Pourquoi le préservatif féminin capote

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages