Bercy monte au créneau pour promouvoir les masques en tissu français

En France, deux représentants de l’industrie textile ont été reçu au ministère de l’Economie lundi après-midi pour trouver des débouchés pour les centaines d’entreprises françaises qui se sont reconverties dans la fabrication de masques en tissu, au plus fort de la pandémie, et qui aujourd’hui n’arrivent pas à écouler leur stock.

En mars dernier, l’exécutif avait encouragé les industriels dont l’activité était à l’arrêt à fabriquer des masques en tissu pour palier à la pénurie criante. Un système D, en attendant l’approvisionnement de masques chirurgicaux, Made in China.

Quelque 370 entreprises françaises se sont mises au travail et ont même investi pour confectionner 25 millions de masques par jour. Un groupe baptisé Savoir Faire Ensemble a été créé pour mettre en relation producteurs et acheteurs.

Mais paradoxalement aujourd’hui, plus d’une entreprise sur dix se retrouve avec son stock sur les bras. Entre temps, la France s’est réapprovisionnée en masques et 40 millions de masques français en tissu n’ont pas été vendus.

Bercy veut donc encourager les entreprises et les consommateurs à acheter ces masques. Il a donc demandé à l’Union des industries textiles et l’entreprise Le Slip français de contacter les acteurs économiques, tous secteurs confondus en France et à l’étranger et les convaincre d’acheter français.

L’objectif est d’écouler les masques invendus mais aussi de consolider les stocks publics en cas d’une deuxième vague ou d’une autre crise sanitaire.