Publicité

Benzema et Blanc à l’Assemblée nationale : rendez-vous en terre inconnue

so foot

Pendant que l’Espagne se déchire autour de l’affaire Rubiales, en France, une commission ad hoc de l’Assemblée nationale tente de comprendre ce qui ne va pas dans nos fédérations sportives, notamment à la FFF. D’où la probable convocation de Karim Benzema ou Laurent Blanc. Tout ça pour rien ?

À moins d’un an des JO de Paris 2024, le sport français n’offre pas un visage serein, malgré l’autosatisfaction de ses notables et du CNOSF. Les affaires, les scandales ou encore les procès se sont multipliés, et dans toutes les disciplines : patinage artistique, rugby, tennis et bien sûr le football. Les sujets ne manquent pas également après des années, voire des décennies d’omerta ou de complaisance : agressions sexuelles, corruption, défaillance démocratique, sexisme, etc. De quoi alerter les représentants du peuple, et notamment de l’opposition. Sabrina Sebaihi, députée écologiste (EELV) des Hauts-de-Seine, a donc lancé en juin dernier une commission d’enquête (la première de son groupe, qui peut en initier une par an) afin d’essayer d’y voir plus clair et surtout de permettre d’offrir à la nation un tableau moins nébuleux. « Il ne se passe pas un jour sans qu’un article ne nous révèle des dysfonctionnements. Or, on parle quand même de 16 millions de Françaises et de Français qui sont inscrits dans un club rattaché à une fédération sportive. On ne peut pas continuer à faire semblant de régler les problèmes en mettant la poussière sous le tapis. Il y a besoin d’un changement en profondeur. » La députée mettait au passage le doigt sur un problème qui a pris tout son sens entre le long feuilleton Noël Le Graët et donc l’actuel séisme Rubiales. « Un ancien monde et un nouveau monde sont en train de se percuter. Avec d’un côté les anciens dirigeants, issus du monde sportif, anciens athlètes, qui ont du mal à bouger sur les sujets d’inclusion. Et de l’autre des hommes d’affaires ou politiques qui arrivent avec de l’argent, un management brutal… »

Du « mauvais Français » aux « quotas »

De la sorte, comme nous l’apprend RMC, il a été décidé de remonter loin. Dans le cas du football, Karim Benzema ferait partie de la liste des footballeurs convoqués. Peu surprenant finalement tant son cas a pu être politisé, notamment autour de son exclusion de l’équipe de France, et de la problématique du racisme. Benzema était alors soupçonné par les grands experts du petit écran d’être un « mauvais Français » au sein des Bleus. Il devra donc s’absenter d’Arabie saoudite pour revenir à Paris remuer un passé qu’il semble vouloir oublier dans son exil doré. Autre affaire sur les mêmes thématiques : les « quotas » qui avaient secoué un univers qui se croyait épargné par ce type de fantasmes identitaires, par ailleurs illégaux dans la République française. Laurent Blanc risque donc de nouveau d’avoir à livrer le fond de sa pensée sur une polémique qu’il imaginait largement oubliée. Il se peut toutefois qu’il vive cette audition comme des vacances au regard de la situation actuelle de l’OL. Dans un second temps, associations et responsables fédéraux apporteront leurs témoignages……

Lire la suite sur SOFOOT.com

OL : Textor-Aulas, je ne t’aime pas, moi non plus

OM : Pablo Longoria, la fin de l’état de grâce ?

Les nouveaux crampons manga de Kylian Mbappé

Thierry Henry : « Ma génération doit aller vers les jeunes, essayer de comprendre les codes »

Benzema et Blanc à l’Assemblée nationale : rendez-vous en terre inconnue