Publicité

Netanyahu rejette les pressions internationales et affirme que l'offensive à Rafah aura lieu

Le premier ministre israélien rejette les pressions exercées contre son pays pour arrêter la guerre à Gaza. Et il proclame que l’invasion terrestre de Rafah, la ville du sud de l'enclave où sont réfugiés près d’un million et demi de Palestiniens, aura bel et bien lieu. Une délégation israélienne va néanmoins se rendre au Qatar, où vont se dérouler de nouvelles négociations pour une éventuelle trêve.

« Ce n’est un secret pour personne, affirme Benyamin Netanyahu, plus déterminé que jamais, devant les ministres de son gouvernement, la pression internationale contre nous s’intensifie, contre l’armée, le gouvernement et aussi contre le Premier ministre. Pas question d’élections maintenant qui paralyseraient le pays pendant six mois. »

« Les choses doivent être claires. Si on arrête maintenant, cela signifie qu’Israël a perdu la guerre. Et cela, on ne le permettra pas. Donc il ne faut pas céder à ces pressions. Et nous ne céderons pas. Par conséquent, je le souligne : nous allons opérer à Rafah. Cela prendra quelques semaines. Mais cela va se produire », a renchéri le chef du gouvernement israélien.

À lire aussiBande de Gaza: à Rafah, la population redoute une offensive terrestre israélienne

Une proposition de trêve qui bloque


Lire la suite sur RFI