Benoît Payan, maire annoncé de Marseille

Source AFP
·1 min de lecture
Lors de sa démission surprise, l'écologiste Michèle Rubirola a souhaité que son premier adjoint, Benoît Payan, lui succède et le conseil municipal devrait entériner ce choix (illustration).
Lors de sa démission surprise, l'écologiste Michèle Rubirola a souhaité que son premier adjoint, Benoît Payan, lui succède et le conseil municipal devrait entériner ce choix (illustration).

Sauf improbable coup de Trafalgar, Marseille aura lundi 21 décembre un maire socialiste, Benoît Payan : lors de sa démission surprise, l'écologiste Michèle Rubirola a souhaité que son premier adjoint lui succède et le conseil municipal devrait entériner ce choix.

Seul candidat en lice de la majorité municipale, Benoît Payan, 42 ans, va devenir le plus jeune maire de l'histoire de Marseille. Après vingt-cinq ans de règne de Jean-Claude Gaudin (LR) et une parenthèse verte de gauche de cinq mois et onze jours, le PS va symboliquement reprendre le fauteuil occupé pendant trente-trois ans par Gaston Defferre, ex-ministre de l'Intérieur de François Mitterrand.

Si le suspense avait duré jusqu'au bout le 4 juillet, lors du 3e tour des municipales marseillaises, ça ne devrait pas être le cas lundi matin.

Lire aussi Michèle Rubirola et Benoît Payan, un duo à la tête de Marseille

L'union de la gauche

Avec ses 44 élus, dont 2 transfuges venus des rangs de la droite, le Printemps marseillais, large union de la gauche allant des écologistes au PS, en passant par des Insoumis, des communistes et des collectifs citoyens, n'a certes pas la majorité absolue parmi les 101 sièges au conseil municipal, mais il peut compter sur le soutien de Samia Ghali et de ses 8 colistiers.

L'ancienne sénatrice socialiste avait fait monter les enchères jusqu'au bout, en juillet. Mais, après 48 heures de vrai-faux suspense, la deuxième adjointe a évacué jeudi les doutes, renouvelant son « contrat [...] Lire la suite