Benoît Payan élu maire : à Marseille, le quatrième tour (de passe-passe)

·2 min de lecture

Benoît Payan, l’ex-premier adjoint de Michèle Rubirola, maire démissionnaire le 15 décembre, a été élu dans un fauteuil ce 21 décembre par les 53 conseillers municipaux de la majorité. La semaine dernière, des voix dissidentes entendaient pourtant proposer une alternative, avant de se ranger derrière un plan de succession qui pourrait avoir été prévu de longue date.

Il est 8 h 40 quand Benoît Payan, maire par intérim et seul candidat à la succession de Michèle Rubirola, prend la parole face à un hémicycle clairsemé, distanciation sanitaire oblige : « Allez mes chers collègues, on commence ! » Un empressement qui résume à lui seul ces innombrables témoignages d’un premier-adjoint bousculant sans cesse sa patronne, Michèle Rubirola, devenue à Marseille « celle qui ne voulait pas être maire. » Tout l’inverse de Payan, 42 ans, patron sous la dernière mandature de l’opposition socialiste venu du militantisme et faisant, selon certains, « tout le boulot à la mairie » depuis juillet dernier. Après avoir salué « Madame la maire », l’intéressé, dont le masque dissimule la probable satisfaction, précise : « Nous sommes réunis afin de procéder à l’élection du nouveau maire et de ses adjoints. »Aucun suspense à attendre de cette séance : Olivia Fortin, la quatrième adjointe qui aurait annoncé, dans la foulée de la démission de Rubirola, vouloir « y aller », en serait aussitôt revenue [EDIT du 22 décembre : elle a depuis démenti le fait de l'avoir annoncé]. Même scénario pour...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Passe d'armes entre Pékin et Canberra : "La Chine envoie un message politique" au reste du mondePolygamie, subventions, instruction à domicile… 10 mesures de la loi contre le séparatisme passées au crible"Harry Potter", "La Passe-Miroir", "À la croisée des mondes" : la littérature jeunesse fera-t-elle naître de grands lecteurs ?Producteur passé à tabac à Paris : la préfecture de police dans l’œil du cycloneEn Suède, la lutte anti-covid passe par la « responsabilité citoyenne »