Benoît Hamon quitte la vie politique

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Benoît Hamon photographié lors des élections européennes de 2019 (illustration) (Photo: NurPhoto via Getty Images)
Benoît Hamon photographié lors des élections européennes de 2019 (illustration) (Photo: NurPhoto via Getty Images)

POLITIQUE - Une page se tourne pour l’ancien socialiste. Dans un entretien accordé au Monde ce jeudi 9 septembre, Benoît Hamon annonce qu’il tire un trait sur sa carrière politique. “Les fléaux contre lesquels je me suis battu jeune sont plus forts aujourd’hui que quand j’avais 18 ans”, observe l’ancien candidat à l’élection présidentielle.

Celui qui avait rejoint la liste de Julien Bayou lors des dernières élections régionales annonce qu’il se consacrera à l’ONG Singa Global, qu’il rejoint en qualité de directeur général. “Je n’ai pas l’impression d’un grand saut dans le vide”, précise l’ancien ministre de l’Éducation nationale, qui privilégie désormais l’engagement via la société civile.

″Être davantage dans l’action”

“À titre personnel, j’ai moins envie de participer au débat public sous la forme classique mais j’ai ressenti le besoin d’être davantage dans l’action. Et de rejoindre une forme de pénombre sur le plan médiatique”, poursuit Benoît Hamon, qui assure qu’il ne jouera aucun rôle dans l’élection à venir, que ce soit dans le cadre de la primaire EELV, ou de la campagne présidentielle.

“J’avoue que je ne suis pas totalement excité de devoir choisir entre cinq ou six candidats de gauche et écologistes à la présidentielle”, grince-t-il néanmoins, affirmant plus loin que la question de sa démission du Conseil régional en Île-de-France n’a pas encore été tranchée par son groupe. En regardant dans le rétroviseur, l’ancien socialiste exprime également quelques regrets: “le plus grand échec de ma génération est l’état de délabrement intellectuel que l’on mesure aux discours sur le grand remplacement, la haine de l’étranger, de l’égalité, l’hostilité aux pauvres, aux femmes. C’est une société beaucoup moins paisible”.

Reste dorénavant à savoir s’il s’agit d’un retrait définitif ou si, comme d’autres avant lui, Benoît Hamon sera rattrapé par sa première passion.

À voir également sur Le HuffPost: Sandrine Rousseau répond à Gérald Darmanin après sa menace de divulguer des échanges privés

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles