Benoît Hamon : «Notre devoir n’est pas de jeter de l’essence sur la colère»

Libération.fr
Paris, le 6 décembre 2018. Meeting de Benoit Hamon, leader de Génération·s, pour lancer sa campagne et sa liste «d'alliance citoyenne» aux élections européennes, au Cirque d'hiver.

En meeting au Cirque d'hiver jeudi soir, l'ancien candidat socialiste à la présidentielle a fait salle comble. Le leader de Génération.s souhaite réunir la gauche entre Macron et Mélenchon pour les Européennes.

À défaut de remplir les urnes les jours de vote, la gauche fait le plein dans les salles. Jeudi soir, au cirque d’hiver à Paris, on a dû se faufiler entre la centaine de déçus, recalés par les vigiles, pour accéder au meeting de Benoît Hamon qui affichait complet. À l’intérieur, du monde, près de 2000 personnes. Toutes présentes pour le lancement de la campagne européenne de Génération.s. Le matin, dans les colonnes du Monde, l’ancien candidat à la présidentielle a mis fin à un faux suspense : «Je me sens une responsabilité. Je suis, depuis de longs mois, le plus populaire à gauche. Je serai candidat pour mener le combat en première ligne, à la tête d’une alliance citoyenne.» Sauf que l’actualité est ailleurs. Tous les regards se tournent vers la crise qui secoue de la tête aux pieds le gouvernement, face au mouvement des gilets jaunes. Résultat : Benoît Hamon a entremêlé les deux sujets.

Petit taquet

En début de soirée, plusieurs visages du mouvement ont pris la parole, notamment Aurore Lalucq, Salah Amokrane et la dernière recrue, arrachée des mains de la France Insoumise, Sarah Soilihi. Génération.s a également ouvert ses portes aux économistes James Kenneth Galbraith et Yanis Varoufakis. Comme toujours en politique, c’est la figure du mouvement qui parle le plus longtemps et qui ferme le bal. Il n’a pas mâché ses mots à l’endroit d’Emmanuel Macron, un «président qui a toujours le mépris aux lèvres, le prétentieux de la République» qui préfère de donner de la «communication et des leçons», plutôt que de «la justice et du respect». La carte postale est envoyée.

A lire aussi » Justice sociale, justice climatique : c’est un changement de cap qu’il faut imposer

Les gilets jaunes ? Dans un premier temps, l’ancien socialiste condamne «sans réserve» la (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

A Mantes-la-Jolie, des dizaines de jeunes agenouillés mains sur la tête
Augmentation des frais de scolarité des étudiants étrangers : «Si j'avais su, je ne serais pas venu»
Européennes: Hamon candidat, en continuant d’espérer une improbable «unité»
MSF et SOS Méditerranée mettent un terme aux activités de l'Aquarius
L’Intérieur prépare sous haute tension «l’acte IV» des «gilets jaunes»