Benoît Hamon, à la recherche du «déclic»

Libération.fr
Le candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon visite une grue sur le port du Havre le 10 mars 2017

La candidat socialiste compte sur les prochains rendez-vous afin de retrouver une dynamique. Ce week-end, il a décollé pour les Antilles.

Vendredi matin, Benoît Hamon était soulagé : sa prestation à l’émission politique a rassuré les siens. Ça n’a duré qu’un temps. La réalité l’a très vite rattrapé. Les départs officiels - et les rumeurs - des socialistes chez Macron polluent sa campagne. Le candidat guette les migrations avec une forme d’impuissance. Pourtant, ces derniers jours, il a multiplié les gestes et les dédicaces en direction du gouvernement. Le député des Yvelines a besoin de quelques points dans les sondages afin de stopper l’hémorragie et retenir les hésitants. «Le problème, c’est que les rumeurs et les départs chez Macron se distillent comme un poison et nous empêche de retrouver notre dynamique», souffle un membre de son équipe. Il ajoute : «On sait que plusieurs ministres et membres du parti refusent de faire campagne pour nous. Certains cherchent une excuse pour partir. D’autres, prennent leur temps avant de rejoindre Macron afin de bousiller notre campagne.» 

Vendredi après-midi, dans le voiture qui le mène au Havre, pour étaler ses idées sur l’Europe, Benoît Hamon multiplie les appels, prend la température et n’esquive pas les difficultés. Mais il reste sur sa ligne : «Il n’y a pas de plan B, Je dois continuer à parler de fond et m’adresser aux français.» Il le sait, le temps presse : le premier tour approche à grand pas. Après une visite au port, il se rend aux Docks du Havre, pour un meeting. La salle est trop grande pour les ambitions. L’organisation annonce près de 1 500 personnes alors qu’elle peut en contenir 2 500. Depuis le mois de décembre et sa révélation lors de la primaire, c’est la première fois qu’il n’affiche pas complet. Le candidat apprend la nouvelle quelques minutes avant de monter sur scène. Il demande des explications aux membres de son équipe. Sur scène, la prestation est moyenne et le discours sur l’Europe très pointu. Il (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Il y a cinq ans, Mohamed Merah démarrait sa course meurtrière
Le street-artiste T-Kid graffe au collège
Caricature antisémite de Macron : la défense des Républicains tient-elle ?
Estrosi demande à Cazeneuve d’interdire le spectacle de Dieudonné à Nice
Mélenchon annonce avoir obtenu les 500 parrainages nécessaires pour la présidentielle

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages