Benjamin Griveaux : le site Internet à l’origine du scandale a été désactivé

C'est le nouveau scandale qui a ébranlé la classe politique ! Ce vendredi 14 février, Benjamin Griveaux a officiellement retiré sa candidature à la mairie de Paris à la suite de la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo à caractère sexuel. Sur ces images qui ont fait le tour de la France, on pouvait voir un homme en train de se masturber. Le site qui avait publié les vidéos attribuées à l’ancien candidat à la mairie de Paris avait pour but d’exposer « des images à caractère sexuel ou pornographique », impliquant des représentants politiques qui « mentent à leurs électeurs en imposant le puritanisme à la société alors qu’ils le méprisent eux-mêmes. » Seul Benjamin Griveaux a été visé mais Piotr Pavlenski, l'homme qui s'est dit à l'origine de la publication de la vidéo, a assuré avoir en sa possession des vidéos impliquants d'autres hommes politiques. Comme le relate BFM TV, le site qui avait mis en ligne la sextape du candidat LREM aux municipales à Paris a été désactivé ce soir, aux alentours de 18 heures.

Un site créé il y a deux mois sur la plateforme Wix

Encore complètement inconnu il y a 48 heures, le site a été créé, selon des plateformes spécialisées, le 11 novembre 2019. Si on ne connaît pas l’identité du créateur, l’article attaquant Benjamin Griveaux était signé Piotr Pavlenski, un artiste russe qui a obtenu l’asile en France. L’adresse d'origine du site était géolocalisée aux Etats-Unis mais cela ne veut pas forcément dire que la personne qui a créé la page y habite.

Retrouvez cet article sur Voici

VIDEO Victoires de la musique : Florent Pagny reprend Marie-Sophie Laccarau après une grosse bourde
PHOTO Jesta Hillmann nue dans son bain, découvrez son cliché hyper sexy pour la Saint-Valentin
PHOTOS Paris Jackson poste de rares clichés de son enfance pour l’anniversaire de son frère
Kobe Bryant : découvrez le prix très symbolique des places pour son hommage au Staples Center
Yves Saint Laurent : sa soeur cadette a été euthanasiée en Suisse