Benjamin Griveaux incompris ? "Il ressemble au mec que tu voulais frapper dans ta classe"

Un homme incompris. A quatre mois des élections municipales, Society a longuement enquêté sur le Benjamin Griveaux, embarrassé par certaines de ses saillies en pleine campagne pour la mairie de Paris. Malgré de nombreuses apparitions, le candidat LREM ne parvient pas à décoller dans les sondages. Au contraire, après avoir échoué à fédérer Cédric Villani derrière lui, il cristallise plutôt une image crispante de « monsieur je-sais-tout ». Son passage à Unibail-Rodamco, où il officiait en tant que directeur de la communication et des affaires publiques, laisse des « souvenirs contrastés ». Un ex-salarié raconte ainsi que Benjamin Griveaux était « clivant », qu’il avait « un côté aboyeur qui ressemble à celui de porte-parole du gouvernement qu’il a eu plus tard. Il était détesté par une partie des salariés pour avoir fait de son poste quelque chose de très politique. »

Un député est encore moins tendre en comparant le candidat aux municipales qui a irrité les Gilets Jaunes et Emmanuel Macron, pas moins esquinté par le mouvement social : « Macron a un avantage considérable : il a un storytelling. Il a rompu avec son milieu d’origine par amour et c’est romanesque. Griveaux, sa vie est chiante comme c’est pas possible : un bourgeois, fils de bourgeois, qui a réussi son mariage… » avant d’asséner des propos aux airs d’exécution sommaire : « Il ressemble au mec que tu voulais frapper dans ta classe… Et en plus, il était fort en sport. »

Pour les proches de Benjamin Griveaux, cette perception

Retrouvez cet article sur GALA

Benjamin Griveaux fan du Club Dorothée : son étonnante anecdote
"Tu as gagné ta culotte!" : Emmanuelle Seigner n'a pas oublié une humiliation de Jean-Luc Godard
PHOTO - Moundir réagit aux propos de Pierre-Jean Chalençon à propos de DALS : “Si tu pouvais fermer ta gueule”
VIDEO - Benjamin Castaldi face à l’infidélité d’une ex, comment il l’a découvert
VIDEO - Benjamin Castaldi évoque “les acteurs lourds” que côtoyait sa grand-mère Simone Signoret