Benjamin Castaldi et ses débuts en télé : "Je rentrais chez moi en pleurant tellement j'avais souffert"

·1 min de lecture

Malgré son patrimoine génétique, la télévision n'était pas chose innée pour Benjamin Castaldi. Petit-fils de Simone Signoret et de son mari Yves Montand, fils du comédien Jean-Pierre Castaldi, l'ancien présentateur de TF1 qui a fait ses griffes en présentant Loft Story dans les années 2000 n'a pas tout de suite brillé. Le père de Simon Castaldi - qui vient de faire ses débuts en téléréalité dans Les Princes et les Princesses de l'Amour 8, a commencé son parcours télévisé auprès de Michel Drucker, un ami de la famille. Celui qui est désormais chroniqueur dans le programme à succès de C8 Touche pas à mon poste, a d'abord démarré comme assistant puis s'est fait une place comme chroniqueur cinéma au sein de l'émission Studio Gabriel, dans les années 90. San pour autant briller : "J'étais très mauvais quand j'ai commencé la télé. D'ailleurs, on ne se gênait pas pour me le dire... Pour vous dire à quel point j'étais mauvais", révèle-t-il à Evelyne Thomas sur Non Stop People, ce lundi 22 février.

Victime des critiques de ses confrères, Benjamin Castaldi avait perdu confiance en ses capacités. Pire encore, le jeune homme de l'époque avait souvent le cœur lourd et les larmes aux yeux. "Quand je partais du Studio Gabriel de chez Michel Drucker, je rentrais chez moi en pleurant tellement j'avais souffert à l'antenne, c'était une vraie souffrance. Et j'ai beaucoup, beaucoup bossé pour aller au-delà de ça. Etre à l'antenne, c'était tout sauf un plaisir. C'est devenu un plaisir beaucoup plus (...)

Lire la suite sur le site de Voici

PHOTO Alexandra Lamy change de look et amuse les internautes
INTERVIEW Charles Lelaure (DNA) : « Je prends énormément de plaisir à tourner avec Ingrid Chauvin »
PHOTOS Zahia ultra sexy : elle s'amuse en nuisette sur Instagram
PHOTO Léana en mal de soleil, elle implore le ciel en micro bikini
Affaire Epstein : cette petite phrase de Ghislaine Maxwell qui incriminerait Donald Trump et Bill Clinton