Benjamin Biolay "artiste parmi les plus friqués" : sa réponse assassine à Roselyne Bachelot

La guerre semble être déclarée entre Roselyne Bachelot et Benjamin Biolay. En 2020, alors que la pandémie de Covid-19 frappait la France, le chanteur avait vivement critiqué la gestion du monde culturel et n'avait pas hésité à pointer du doigt la ministre de la Culture, notamment lors des Victoires de la musique. Sur Europe 1, il avait ensuite expliqué que les artistes étaient "au pain sec" depuis plus de cent jours. Des propos qui n'avaient pas vraiment plu à la principale intéressée.

Jeudi 5 janvier, Roselyne Bachelot a dévoilé son livre 682 jours (éditions Plon), racontant son passage Rue de Valois. Dedans, celle qui est redevenue sociétaire des Grosses Têtes a défendu son bilan et n'a pas hésité à régler ses comptes avec les artistes. Si elle a par exemple mentionné Clara Luciani, elle a également répondu à Benjamin Biolay. La femme de 76 ans a décrit le chanteur comme étant l'un des "artistes les plus friqués" avec "une tartine bien beurrée et des deux côtés".

Benjamin Biolay attaque "la dignité" de Roselyne Bachelot

Invitée le même jour sur RTL, l'ancienne ministre visiblement excédée par Benjamin Biolay a continué à le descendre. "L'hypocrisie de me remercier dans les coulisses et de m'attaquer sur la scène, j'ai trouvé que c'était difficile" a-t-elle lancé. Des propos qui ont vraisemblablement été entendus par l'interprète de Rends l'amour, qui lui a immédiatement répondu sur Instagram.

Sur le réseau social, Benjamin Biolay (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Mort d'Elvis Presley : nouvelles révélations macabres sur les toutes dernières minutes du chanteur
Mathilde Cappelaere : la chérie de Dylan Deschamps se confie sur ses relations avec son beau-père, Didier Deschamps
5 ans de la mort de France Gall : pourquoi la tombe de la chanteuse est exceptionnelle
David et Victoria Beckham : ce "retour à la réalité" que le couple prépare
Jean-Luc Reichmann en deuil : l'animateur, très ému, évoque la mort de sa mère et le "trou béant" qu'elle a laissé