Cette députée, dont le père est mort du coronavirus, veut mettre "un nom" sur les victimes

Cette députée, dont le père est mort du coronavirus, veut mettre "un nom" sur les victimes

CORONAVIRUS - Elle avait lancé un appel bouleversant sur Twitter pour appeler les Français à respecter les mesures de confinement face à la propagation du coronavirus. La députée Bénédicte Pételle, dont le père est mort après avoir été contaminé par le nouveau coronavirus, a témoigné ce vendredi 20 mars sur France 5 pour “donner un nom” aux victimes du Covid-19.

“J’ai voulu parler de mon père, lui donner un nom, un prénom, pour lui rendre son humanité et rendre leur humanité à toutes les victimes du coronavirus”, a-t-elle expliqué sur le plateau de “C à vous”, comme vous pouvez le voir dans l’extrait ci-dessous.

“J’ai trouvé (les soignants de la Pitié-Salpêtrière à Paris) d’une indicible délicatesse, pour annoncer qu’il allait partir et après pour m’annoncer sa mort”, a souligné l’élue LREM des Hauts-de-Seine pour remercier le personnel hospitalier. 

La mère de Bénédicte Pételle, elle aussi atteinte du coronavirus, est prise en charge à l’hôpital Bichat à Paris. ”Ils (les soignants, ndlr) nous laissent en ce moment la voir un jour sur deux alors que toutes les visites sont interdites, parce qu’ils ont compris qu’il fallait qu’elle fasse son deuil”, a-t-elle raconté.

“Raconter l’histoire” de son père, Francis

La députée de 48 ans avait publié lundi sur Twitter un message personnel en forme d’appel au sursaut citoyen face à l’épidémie de coronavirus. “Comme beaucoup de Français, je me sentais épargnée. Mes parents sont à l’hôpital, mon père va mourir”, avait-elle écrit, avant d’exhorter les Français à respecter les consignes des autorités: “soyons responsables, cela ne durera pas!”

Retrouvez cet article sur le Huffington Post