Benedict Cumberbatch s'est empoisonné sur le tournage de son dernier film

·1 min de lecture
Benedict Cumberbatch lors de la première du film
Benedict Cumberbatch lors de la première du film

CINÉMA - Lorsque Benedict Cumberbatch entre dans la peau d’un personnage, il n’en ressort pas avant la fin du tournage. Dans une interview accordée à Esquirepubliée mercredi 10 novembre, l’acteur britannique raconte comment il a voulu incarner au mieux un cow-boy dans The power of the dog, jusqu’à s’empoisonner à la nicotine.

Adapté du roman du même nom, le film raconte l’histoire de Phil Burbank (joué par Benedict Cumberbatch donc), à la tête d’un ranch dans le Montana avec son frère dans les années 1920. Pour ressembler au cow-boy décrit dans l’oeuvre de Thomas Savage, l’acteur raconte que “si quelqu’un oubliait le premier jour, et m’appelait Benedict, je ne bougeais pas”.

Mais surtout, il devait beaucoup fumer et rouler ses cigarettes d’une seule main, ce qu’il a appris à faire. “C’était très difficile. Des cigarettes roulées sans filtre, prise après prise après prise. Je me suis empoisonné trois fois avec la nicotine. Quand vous devez beaucoup fumer, c’est vraiment horrible.”

L’acteur détaille encore qu’il n’a pas voulu se laver. “Je voulais cette couche de puanteur sur moi. Je voulais que les gens présents dans la pièce sachent ce que je sentais. C’est dur par contre. Ce n’était pas que pendant les répétitions. Je sortais pour voir les amis de Jane (Campion, la réalisatrice) par exemple”.

Benedict Cumberbatch dans la peau d’un cow-boy au côté de Kirsten Dunst, c’est sur Netflix le 1er décembre.

À voir également sur Le HuffPost: Angèle se livre dans la bande-annonce de son documentaire Netflix

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles