Benedict Cumberbatch raconte le tournage éreintant de «The Power of Dog»

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Benedict Cumberbatch s’est confié sur son rôle dans «The Power of Dog».

Benedict Cumberbatch ne fait pas les choses à moitié. L’acteur britannique de 45 ans a raconté dans une interview au magazine «Esquire» le tournage éprouvant de «The Power of Dog», réalisé par Jane Campion. Pour son rôle, l’interprète de «Sherlock» a appris à rouler des cigarettes d’une seule main et a même été intoxiqué à la nicotine.

«C’était vraiment difficile. Des cigarettes roulées sans filtre, juste prise après prise après prise. Je me suis empoisonné à la nicotine trois fois. Quand vous devez fumer beaucoup, c’est vraiment horrible», a-t-il confié. Benedict Cumberbatch a ensuite expliqué qu’il ne se douchait plus, pour se glisser encore mieux dans la peau de Phil Burbank, le cow-boy du roman de Thomas Savage.

"J’étais un peu gêné pour la femme de ménage"

«Je voulais cette couche de puanteur sur moi. Je voulais que les gens dans la pièce sachent comment je sentais. C’était dur, cependant. Ce n’était pas seulement pendant les répétitions. Je sortais pour manger, rencontrer des amis de Jane. J’étais un peu gêné pour la femme de ménage, par rapport à l’endroit où je vivais», a poursuivi le comédien.

«The Power of Dog» sort le 1er décembre prochain, exclusivement sur Netflix. Benedict Cumberbatch sera bientôt à l’affiche de «Londongrad», une mini-série HBO retraçant l’histoire d’Alexander Litvinenko, un espion russe assassiné à Londres en 2006.


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles