Benalla renvoyé en procès pour les violences du 1er mai 2018

·1 min de lecture

Le tribunal de Paris a renvoyé en correctionnelle l’ancien chargé de mission à l’Elysée, notamment pour des faits de " violences volontaires " et de port d’arme non-autorisé, a appris l'AFP ce mardi 13 avril.

Après le scandale, bientôt le dénouement judiciaire. Alexandre Benalla a été renvoyé en procès par le juge d’instruction chargé de l’affaire des violences du 1er mai 2018, selon une information de l’AFP datée de ce mardi 13 avril. Quasi-conforme aux réquisitions du parquet, l’ordonnance du tribunal de Paris renvoie l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron pour des faits de " violences volontaires " sur des manifestants à Paris, ainsi pour les chefs " d’immixtion sans titre dans l'exercice d'une fonction publique ", " port d’arme " ou encore " port public d'insigne " non-autorisés. Benalla comparaîtra devant le tribunal en compagnie de trois autres personnes, dont l’ex-salarié de la République en Marche Vincent Crase. Cette future audience s’ajoute à celle déjà prévue visant des soupçons d’utilisation frauduleuse de passeports diplomatiques, pour lesquels Benalla a été renvoyé en correctionnelle en janvier. Les agissements d’Alexandre Benalla lors de la manifestation parisienne du 1er mai 2018 avaient été révélés en juillet de la même année, provoquant un scandale politique. Le quotidien Le Monde avait alors reconnu l’ancien collaborateur sur une vidéo tournée en marge du défilé, sur la place de la Contrescarpe. Sur cette séquence, captée par le journaliste et...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Vers un premier procès pour Alexandre Benalla, renvoyé en correctionnelle pour "faux" et "usage de faux"

Affaires Benalla, Chouviat, croche-pied d'un policier : ces vidéos auraient-elles pu être diffusées avec la loi sécurité globale ?

Alexandre Benalla a échangé avec un président africain en présence d'un membre de l'Elysée

Passeports de Benalla : le parquet demande son renvoi en correctionnelle pour "faux" et "usage de faux"

Alexandre Benalla mis en examen pour faux et usage de faux dans l'affaire des passeports