Benalla porte plainte contre l'association Anticor

Alexandre Benalla dénonce alors une démarche “ignominieuse” à son encontre et “une atteinte inadmissible à [son] honneur.

POLITIQUE - Pas question d’en rester là. Alexandre Benalla a confirmé ce dimanche 20 octobre qu’il portait plainte contre l’association Anticor pour “dénonciation calomnieuse”.


L’ancien chargé de mission l’a annoncé sur son compte Twitter en partageant un article du Journal du dimanche publié un peu plus tôt et qui se faisait l’écho de la plainte. Il évoque alors une démarche “ignominieuse” à son encontre et “une atteinte inadmissible à [son] honneur.

En cause selon Alexandre Benalla, la plainte qu’a déposée Anticor à son encontre pour des faits présumés de “corruption, corruption passive, blanchiment et entrave à la justice”. L’association loi 1901 avait alors repris un article de Mediapart dans lequel il était question d’un contrat de sécurité entre un oligarque russe et la société Velours dirigée par Vincent Crase, un proche l’ancien monsieur sécurité de l’Élysée.

Or pointe dans Le Journal du Dimanche, Jacqueline Laffont l’avocate d’Alexandre Benalla, Mediapart a d’abord avancé qu’il avait négocié le contrat “de bout en bout” avant de n’évoquer qu’une “implication”. Pour la conseillère, Anticor n’a pas tenu compte de ces évolutions ni même de la déclaration d’un dirigeant de Velours excluant une quelconque mainmise de l’ancien chargé de mission. Dans sa plainte au procureur de Paris, Jacquerline Laffont dénonce donc “la mauvaise foi d’Anticor”.

De son côté, l’association a réagi sur Twitter en indiquant que dans “dans cette affaire, l’enquête préliminaire pour faits de corruption et de blanchiment a été ouverte à l’initiative du parquet financier”.

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Ce contenu peut également vous intéresser :