Quand Benalla et Corbière s'écharpent sur Twitter

Par LePoint.fr

Alexandre Benalla et Alexis Corbière se sont envoyé plusieurs piques à travers le réseau social Twitter. (Illustration)

Le député Insoumis et l'ancien proche d'Emmanuel Macron ont rivalisé « d'amabilités » sur les réseaux sociaux, entre octogone et boissons alcoolisées.


Twitter, ton univers impitoyable. Le réseau social de l'oiseau bleu est le théâtre, ces derniers jours, d'échanges particulièrement remarqués opposant Alexandre Benalla, l'ancien chargé de mission de l'Élysée, et le député de La France insoumise Alexis Corbière.

Tout commence le 8 septembre dernier. Ce jour-là, Alexandre Benalla attaque directement La France insoumise sur le réseau social. Alors que le parti dénonce des « procès politiques », il se moque de ses mauvais résultats aux dernières élections. Mardi, Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, répond en évoquant le « deux poids, deux mesures » dont il aurait été le bénéficiaire au moment de la perquisition de son domicile. Une dizaine de minutes plus tard, Alexandre Benalla souligne avoir fait l'objet de deux gardes à vue, quatre perquisitions et deux informations judiciaires.


« Vos propos sont indignes d'un élu de la République »

Mais le proche d'Emmanuel Macron ne s'arrête pas là. Il accuse ensuite Alexis Corbière de « déni de démocratie et de dévoyer la République » en s'en prenant à la justice. Pour lui, les propos « sont indignes d'un élu de la République ». Continuant l'affrontement numérique, Alexis Corbière rappelle l'affaire de la Contrescarpe, quand le 1er mai 2018 Alexandre Benalla avait frappé deux manifestants. Il reçoit ensuite le soutien d'Ugo Bernalicis, un autre député La France insoumise qui propose d'affronter Benalla dans « l'octogone ». Une nouvelle pique contre celui qui a désormais lancé une société de conseil et de sécurité en Afrique. En effet, il y a quelques jours, pour défendre Emmanuel Macron, il avait défié un ancien champion de MMA brésilien.

Dernier chapitre, ce mercredi après-midi avec des allusions à une supposée consommation de bières (massive) (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

Tunisie : Kaïs Saïed, un Robespierre en campagne
Vaccins, urgences, retraites… la méthode Agnès Buzyn
Recevez la newsletter Le Point.fr