Publicité

Belloubet souhaite l'instauration "très rapide d'un dialogue" avec les enseignants

La nouvelle ministre de l'Education Nicole Belloubet (gauche) et la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra (droite), lors de la cérémonie de passation de pouvoir, Paris le 9 janvier 2024 (STEPHANE DE SAKUTIN)
La nouvelle ministre de l'Education Nicole Belloubet (gauche) et la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra (droite), lors de la cérémonie de passation de pouvoir, Paris le 9 janvier 2024 (STEPHANE DE SAKUTIN)

La nouvelle ministre de l'Education Nicole Belloubet a souhaité vendredi l'instauration "très rapide d'un dialogue" avec les enseignants, lors de la cérémonie de passation de pouvoir avec l'ex-ministre Amélie Oudéa-Castéra, restée en poste 28 jours.

La ministre a dit aller "vers les acteurs de l'Education nationale, dans un esprit de dialogue et d'écoute et avec la ferme volonté de faire évoluer notre système éducatif", assurant qu'elle "poursuivr(a) la mise en oeuvre" des mesures récemment annoncées par Emmanuel Macron et Gabriel Attal.

Parmi elles, l'application pour l'année scolaire prochaine des réformes du "choc des savoirs", dont la constitution des groupes de niveau en français et mathématiques. Ce projet crispe les enseignants du second degré, qui ont manifesté le 1er février et promettent de se mettre à nouveau en grève au retour des vacances d'hiver.

Après quatre semaines marquées par une succession de polémiques concernant l'ex-ministre Oudéa-Castéra, Mme Belloubet a promis vendredi aux enseignants de renouer le dialogue. "Je m'y attacherai dès la semaine prochaine. Vous pouvez compter sur mon engagement", a-t-elle dit.

Évoquant les futurs chantiers qui l'attendent, Nicole Belloubet, 68 ans, a souhaité "tout faire pour mettre en place un système qui contribue à réduire les inégalités sociales, qui refuse tout tri social et qui n'exclut pas les élèves par l'échec".

Elle a également cité "les valeurs de respect et d'autorité".

De son côté, Amélie Oudéa-Castéra a assuré quitter le ministère de l'Education nationale "plus aguerrie que jamais" et la "tête haute" après un passage rue de Grenelle, qui aura duré moins d'un mois.

"Je remercie le président de la République et le Premier ministre pour leur confiance renouvelée pour me permettre (...) de poursuivre ma mission au service du sport et des Jeux Olympiques et paralympiques", a ajouté Mme Oudéa-Castéra, dont le passage à l'Education a été marquée par des polémiques en série.

asm-slb/fmp/bow