Les plus belles microphotos de l'année

Céline Deluzarche, Journaliste
·1 min de lecture

Pour la deuxième année, Olympus a organisé en 2020 son concours dédié à la photo scientifique sous microscope, l’Olympus Image of the Year Award 2020. « Non seulement nous avons reçu un nombre record de photos, mais leur qualité et leur créativité est exceptionnelle cette année », se félicite Satoshi Nakamura, le vice-président en charge du marketing de l’unité Sciences d’Olympus. Treize photos ont été récompensées, avec un gagnant principal et trois gagnants par zone géographique. Ils ont remporté du matériel photo Olympus.

Les images au microscope sont obtenues la plupart du temps via des techniques d’éclairage particulières, car de nombreuses formes de vie microscopiques sont transparentes et n’ont pas de couleur. On utilise pour cela des filtres polarisants, des superpositions d’images ou des colorants pour obtenir des contrastes faisant ressortir tous les détails.

Image de l’année : embryon de rat

Cet embryon de rat a été colorisé à l’aide de différents colorants comme l’alizarine, en rouge, qui montre le squelette. Il est ici photographié avec un microscope confocal à fluorescence qui permet d’obtenir une sorte de tomographie à l'échelle cellulaire.

Embryon de rat entier. © Werner Zuschratter, Olympus Image of the Year Award 2020
Embryon de rat entier. © Werner Zuschratter, Olympus Image of the Year Award 2020

Gagnant Amériques : cristaux d’acides aminés

Cet étonnant paysage de fractales psychédéliques représente des cristaux de glutamine et de bêta-alanine, deux acides aminés. La photo a été prise avec un microscope en lumière polarisée, couramment utilisé pour étudier les minéraux.

Cristaux de glutamine et de bêta-alanine. © Justin Zoll, Olympus Image of the Year Award 2020
Cristaux de glutamine et de bêta-alanine. © Justin Zoll, Olympus Image of the Year Award 2020

Gagnant Europe, Moyen-Orient et Afrique : peau de serpent

Ces écailles représentent les fibres de collagène et les cellules dermiques pigmentaires de la peau d’un embryon de serpent africain. La photographie résulte d’un assemblage de 10 tranches confocales qui donnent l’aspect en trois dimensions.

Peau embryonnaire de serpent. © Grigorii Timin, Olympus Image of the Year...
Peau embryonnaire de serpent. © Grigorii Timin, Olympus Image of the Year...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura