Plus belle la vie, encore plus belle - Davy Sardou : "Cette expérience m’a donné envie d’être plus présent sur les plateaux"

Regardiez-vous Plus belle la vie avant d’en faire partie ?

Davy Sardou : Oui, mais pas régulièrement. J’avoue ne pas avoir vu tous les épisodes depuis dix-neuf ans ! Mais je suis impressionné par la base de fidèles et la longévité de cette série.

Avez-vous été surpris que l’on vous propose de l’intégrer ?

Non, car j’avais auditionné pour un autre rôle quand le feuilleton est arrivé sur TF1. Mais mon emploi du temps ne me permettait pas de tourner à ce moment-là. J’ai donc été très heureux que la production revienne vers moi en février pour me proposer le rôle de Pascal.

Qui est ce mystérieux infirmier ?

C’est un personnage à la fois charmant et troublant. Il veut rejoindre le cabinet médical, c’est un infirmier passionné par ce qu’il fait. Il a quelques affinités avec Riva (Joakim Latzko) et Babeth (Marie Réache), moins avec d’autres…

À lire également

Plus belle la vie, encore plus belle (TF1) : La série va rendre hommage à Françoise Hardy !

Avez-vous dû apprendre des gestes médicaux ?

Oui, je me suis entraîné à faire des prises de sang, cela paraît tout bête, mais ce n’est pas évident. Il y a un protocole à suivre, assez précis. J’ai été coaché pour être crédible. J’ai un immense respect pour tout le corps médical, et les infirmiers en particulier. C’est un métier tellement difficile, qui doit sans doute apporter beaucoup, mais exige aussi de nombreux sacrifices.

Votre grand-père Fernand aurait été content que vous tourniez dans une saga marseillaise…

Il aurait adoré, mais il aurait été déçu que je n’aie pas l’accent du Midi. On l’a un peu perdu dans les brumes du Nord. Lui, il est né par accident dans la salle des pas perdus de la gare d’Avignon, mais Marseille était sa base. Si Plus belle la vie avait existé en son temps, il aurait joué dedans ! Sa femme, Jackie, elle aussi aurait été un personnage magnifique.

À lire également

Plus belle ...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi