Coronavirus: La Belgique impose un nouveau confinement contre la 3e vague

·2 min de lecture
CORONAVIRUS: LA BELGIQUE IMPOSE UN NOUVEAU CONFINEMENT CONTRE LA 3E VAGUE

BRUXELLES (Reuters) - Les écoles, salons de coiffure et commerces non-alimentaires vont devoir fermer en Belgique à partir de samedi et pour quatre semaines, un nouveau confinement strict destiné à contenir une troisième vague montante de contaminations par le coronavirus.

Un an après le premier confinement décrété au début de la pandémie, le Premier ministre Alexander De Croo a annoncé mercredi lors d'une conférence de presse que le variant britannique du virus était devenu dominant en Belgique, où il a conduit à un doublement des patients hospitalisés pour COVID-19.

"Nous faisons face à une troisième vague. Nous la briserons, comme nous l'avons fait avec les précédentes", a déclaré Alexander De Croo.

"Nous avons opté pour un sacrifice à court terme. C'est une décision difficile à prendre mais si nous ne l'avions pas prise, les conséquences seraient bien plus graves."

En pratique, les écoles seront fermées à partir de lundi - une semaine avant les congés de Pâques - et rouvriront le 19 avril et le couvre-feu (à partir de 22h00 à Bruxelles, minuit dans le reste du pays) restera en vigueur.

Pour les commerces, les salons de coiffure ou d'esthétique, rouverts depuis la mi-février, devront à nouveau baisser le rideau, tandis que les commerces non-essentiels (habillement par exemple) seront seulement accessibles sur rendez-vous.

Les déplacements à l'intérieur du pays resteront autorisés, tandis que les rassemblements en plein air devront se limiter à quatre personnes, contre dix actuellement.

Rudi Vervoort, ministre-président de la région de Bruxelles, a précisé que la situation était particulièrement inquiétante dans la capitale, plus densément peuplée, et a prévenu que d'éventuelles restrictions supplémentaires pourraient être appliquées à l'échelle locale.

Plus de 22.000 décès sont attribués au COVID-19 en Belgique, où le taux de mortalité rapporté à la population figure parmi les plus élevés du monde.

Les contaminations quotidiennes, après s'être maintenues autour de 2.000 pendant une période de trois mois, s'élèvent désormais à plus du double de cette moyenne.

Outre la Belgique, 18 autres pays de l'Union européenne, dont la France, sont confrontés à une forte progression des contaminations.

(Marine Strauss, version française Myriam Rivet, édité par Jean-Stéphane Brosse)