La Belgique rapatrie 16 enfants de jihadistes et six mères partis en Syrie

Le succès de l’opération a été annoncé au petit matin ce mardi 21 juin par les autorités belges. C’est la deuxième fois que la Belgique procède à un tel rapatriement.

Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

Les enfants et leurs mères ont atterri à Bruxelles au milieu de la nuit par un vol militaire parti d’Erbil en Irak. Une arrivée gardée sous silence jusqu'au dernier moment, car ce n'est qu'une fois l'avion militaire belge posé à la base aérienne de Melsbroek, près de Bruxelles, que l'opération conjointe de la police, de la Défense et des Affaires étrangères a été annoncée par le parquet fédéral.

En provenance du camp syrien de Roj, ils avaient été exfiltrés vers l’Irak par les autorités kurdes. L’un d’entre eux est orphelin de père belge et tous sont nés entre 2010 et 2019. Selon la décision prise par le gouvernement belge il y a quinze mois, le rapatriement ne peut concerner que des enfants de douze ans au plus, un critère qui avait déjà permis le retour de dix enfants de jihadistes belges il y a un an.

« Il fallait prouver une filiation, donc il y a eu pour tous les enfants une analyse ADN qui a été faite, et il fallait aussi que les personnes majeures renoncent, évidemment, à l’idéologie qu’elles ont embrassée en allant là-bas », explique Frédéric Van Leeuw, procureur fédéral.

Selon Frédéric Van Leeuw, il n’y a désormais plus de femmes et d’enfants qui peuvent être rapatriés du camp syrien de Roj. D’autres se trouvent peut-être encore dans le camp d’Al Hol mais les conditions de sécurité ne permettent pas d’envisager un rapatriement.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles