En Belgique, le port d’Anvers au centre de violences liées au trafic de cocaïne

Devenu une passoire pour le trafic de cocaïne en provenance d’Amérique latine, le port d’Anvers est aussi l’épicentre de violences qui se propagent dans la ville flamande. Des grenades ont explosé en août dans certains quartiers et des fusillades ont lieu sur des places publiques.

L’insécurité s’aggrave à Anvers, en raison du trafic international de drogue dont le port est devenu une plaque tournante ces dernières années. Les saisies faites par les douanes ont triplé depuis 2016, passant à 90 tonnes en 2021. La drogue, pour l’essentiel de la cocaïne en provenance d’Amérique latine, est cachée dans des containers transportant du bois ou des fruits.

Le directeur général des Douanes, Kristian Vanderwaeren, indique au magazine Moustique que seulement 1,5% des conteneurs sont analysés, sur un trafic énorme de 12 millions de conteneurs débarqués chaque année à Anvers : « On estime qu’une part de 10 à 20 % de la cocaïne en transit est interceptée, mais chaque année, le trafic augmente et nous n’avons pas les moyens de répondre aux besoins grandissants. »

Des ramifications plus globales ont aussi été mises au jour. Un réseau de trafic de cocaïne et de blanchiment d'argent dirigé depuis Dubaï a été démantelé le 12 août à Anvers. Sur les 15 millions d’euros tirés d’activités frauduleuses en 18 mois, 900 000 ont été récupérés en espèces, selon la police belge.

Piratage d’une messagerie cryptée

(...)

Lire la suite sur RFI

VIDÉO - L'ancien président du Honduras sera jugé pour trafic de drogue et d'armes