En Belgique, polémique après une loi autorisant les agents de Frontex à agir sur le territoire

Adoptée le 2 mai par les députés belges, la « Loi Frontex » autorise le personnel de cette agence européenne des garde-frontières à intervenir sur le territoire belge, ainsi qu’à procéder à des expulsions forcées de personnes en situation illégale. La loi fait polémique, car les agents de Frontex sont habituellement déployés pour défendre les frontières extérieures de l’Union européenne et le texte inquiète de nombreuses associations, qui dénoncent le flou autour de sa mise en œuvre.

Avec notre correspondant à Bruxelles, Jean-Jacques Héry

Jusqu'ici, les agents de Frontex étaient plutôt habitués à intervenir aux frontières extérieures de l'Europe, dans les pays en première ligne face à l'arrivée de réfugiés, comme la Grèce, l’Italie, la Croatie, ou encore la Bulgarie. Mais avec cette nouvelle loi, les effectifs, en charge principalement de contrôler les migrations vers l'UE, pourront effectuer des contrôles frontaliers sur le territoire belge, ainsi que procéder à des expulsions forcées de personnes en situation illégale, et ce, en renfort de la police du Royaume.

Avec cette nouvelle loi, l'uniforme bleu foncé de Frontex devrait être bientôt visible dans les ports, les aéroports et les gares ferroviaires internationales de Belgique. Une centaine d'agents de l'Agence Européenne des gardes-frontières et des garde-côtes pourront être déployés en même temps sur le territoire.


Lire la suite sur RFI