Belgique : un père de famille tue ses deux filles âgées de 5 et 8 ans

Les corps sans vie des deux fillettes ont été retrouvés au domicile du papa (Photo : Getty Images) (Getty Images)

Séparé de la mère des fillettes depuis quelques mois, le suspect aurait donné la mort à ses deux enfants en les étouffant.

Épouvantable drame familial en Belgique. Un homme âgé de 44 ans a été arrêté mercredi 16 novembre dans la région de Bruges pour les meurtres de ses deux filles âgées de 5 et 8 ans commis un peu plus tôt dans la journée au domicile du père de famille.

D'après La Voix du Nord, qui reprend notamment des informations de 7sur7.be et de SudInfo, le suspect était séparé de la mère de ses enfants depuis plusieurs mois. Il avait leur garde deux jours par semaine, le mercredi et le samedi, et aurait donc profité de l'un de ces créneaux pour tuer ses deux fillettes.

"C'est trop tard, tu ne les reverras plus"

Comme l'explique le quotidien régional, en fin de journée, l'ex-compagne du quadragénaire s'est étonnée que ce dernier ne vienne pas lui déposer leurs filles et a tenté de le joindre à plusieurs reprises. Lorsqu'elle aurait enfin réussi à l'avoir au téléphone, l'homme lui aurait lancé : "C’est trop tard, tu ne les reverras plus", selon le Het Nieuwsblaad.

La maman a immédiatement contacté la police, qui s'est rendue au domicile du papa et a découvert les corps sans vie des deux enfants dans leurs lits respectifs. Selon les premiers éléments de l'enquête, les fillettes auraient été "étouffées". Leur père avait en tout cas quitté les lieux au moment où les forces de l'ordre sont arrivées sur place.

Arrêté après un accident de voiture

Les policiers n'ont cependant pas tardé à retrouver la trace du suspect, qui s'était enfui en voiture. Ce dernier a finalement été interpellé sur une voie rapide un peu plus tard dans la journée, après avoir percuté un poteau dans un accident de la route qui pourrait correspondre à une tentative de suicide.

Placé en garde à vue, le quadragénaire a reconnu avoir tué ses deux filles et affirmé qu'il regrettait son geste. Dans un message publié sur Facebook avant son arrestation, il avait déjà exprimé ses regrets. D'après les premiers éléments de l'enquête, le père de famille avait récemment demandé la garde partagée mais avait essuyé un refus. Selon son avocat, son acte insensé n'aurait toutefois pas été motivé par un désir de vengeance.

VIDÉO - L’affaire John List, le Dupont de Ligonnès américain ?