Belgique : un militaire d’extrême droite aux intentions violentes en fuite

·1 min de lecture
L'armée allemande a accepté de venir renforcer les unités belges.
L'armée allemande a accepté de venir renforcer les unités belges.

Un militaire d'extrême droite, probablement en possession d'armes à feu, restait toujours introuvable jeudi en Belgique, un cas de radicalisation au sein de l'armée qui suscite des interrogations sur un défaut de surveillance. Jurgen Conings, 46 ans, soupçonné de vouloir s'en prendre à l'État belge et à un virologue connu, pourrait s'être retranché dans une réserve de 12 000 hectares de forêts et de landes, où il fait l'objet d'une vaste chasse à l'homme par des centaines de policiers et de militaires depuis mercredi.

Il est introuvable depuis la découverte mardi en fin d'après-midi de sa voiture en lisière de cette réserve, le parc national de la Haute-Campine, dans le Nord néerlandophone, non loin de la frontière avec les Pays-Bas. « Plus de 400 personnes sont en train de balayer ce territoire pour essayer de résoudre cette situation dangereuse », a affirmé le Premier ministre Alexander De Croo, jeudi après-midi devant les députés.

Afin de renforcer les 250 policiers et 150 militaires belges sur place, les pays voisins, notamment les Pays-Bas et l'Allemagne, ont été sollicités pour fournir des policiers. Berlin « a approuvé une demande de soutien en personnes des autorités belges », et des policiers allemands « sont maintenant arrivés en Belgique », a indiqué en début de soirée à l'AFP un porte-parole du ministère de l'Intérieur fédéral, sans préciser de chiffre. De son côté, la police néerlandaise s'est dite « en alerte » et prête à intervenir au besoin.

J [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles