La Belgique menace un projet de parc de 46 éoliennes au large de Dunkerque

·1 min de lecture

Vents contraires pour le projet français de parc éolien offshore au large de Dunkerque. L’État belge, la région belge de Flandre et la commune de la Panne ont chacun déposé une requête devant le tribunal administratif de Lille pour s'opposer à ce projet français de parc éolien offshore en limite de ses eaux territoriales, a-t-on appris lundi auprès de cette juridiction. Ces requêtes "au fond", tendant à l'annulation du projet de parc éolien en mer, ont été déposées entre vendredi et lundi et "l'instruction sera lancée très prochainement", selon le tribunal.

Le gouvernement belge entend également saisir la Commission européenne "au plus tard le 21 juillet", selon le cabinet du ministre belge de la Justice et de la mer du Nord, Vincent Van Quickenborne. Ce parc de 46 éoliennes, pouvant mesurer jusqu'à 300 mètres de haut doit voir le jour à l'horizon 2027 à une dizaine de kilomètres au large de Dunkerque (France). La Belgique accuse les autorités françaises d'avoir défini cette zone de construction en 2016 sans aucune concertation, alors qu'elle est localisée à la frontière.

>> A lire aussi - Découvrez l’éolienne la plus puissante du monde

M. Quickenborne avait annoncé fin juin son intention de saisir la justice française, contre une décision prise le 10 mai par le consortium de construction, la société Eoliennes en mer de Dunkerque (EMD). Ce jour-là, EMD -consortium composé notamment des géants français EDF et RTE- "a décidé de poursuivre le projet selon les plans originaux", ignorant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Avec ses manufactures, Colbert a jeté les bases de notre industrie du luxe
Monténégro : la France va-t-elle payer pour la très coûteuse autoroute chinoise “qui ne va nulle part” ?
L’UE doit faire plus pour doper la croissance, avertissent les Etats-Unis
Gironde : des centaines de fêtards refoulés avant une fête sauvage
Fraude au chômage partiel : le chef d'entreprise touchait des milliers d'euros alors que ses salariés continuaient à travailler

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles