Belgique: une manifestation contre l’interpellation violente d’une femme noire tourne à l’émeute

·1 min de lecture

Une manifestation du mouvement « Black Lives Matter » a tourné à l’émeute samedi 13 mars dans le centre-ville de Liège. Dans l’après-midi, une dizaine de policiers ont été blessés et hospitalisés, et des vitrines ont été brisées dans des affrontements qui ont duré plus de trois heures. En cause, l’arrestation violente d’une femme noire lundi 8 mars.

Avec notre correspondante à Bruxelles, Laxmi Lota

Il y avait deux manifestations autorisées samedi dans le centre-ville de Liège : l’une pour la culture, l’autre pour dénoncer l’interpellation violente d’une femme noire.

Environ 300 casseurs ont infiltré les rassemblements et s’en sont pris à la police durant plusieurs heures. « La situation a dégénéré tout à coup, raconte un témoin. Il y avait des passants, des personnes âgées et tous ces casseurs », procédant à des jets de pavés, de chaussures ou de bouteilles.

La raison des échauffourées : une vidéo amateur où l’on voit deux policiers faire tomber une femme, la plaquer au sol et la maintenir allongée à l’aide de leurs genoux. Une scène qui rappelle l’interpellation de George Floyd aux États-Unis, en mai 2020.

La scène s’est passée à Liège lundi 8 mars. On ignore ce qu’il s’est passé avant le plaquage au sol, mais les images ont suscité interrogations et colère au sein de la population : une enquête a été ouverte. La femme est une aide-soignante qui aurait refusé de montrer ses papiers d’identité, la police expliquant qu’elle les aurait « mordus et qu’il y a eu outrage à agent ».

À lire aussi : États-Unis: la famille de George Floyd obtient 27 millions de dollars de dommages-intérêts