Belgique: un enseignant suspendu pour avoir montré une caricature de Mahomet

Cy.C
·3 min de lecture
Un classe à Paris, le 9 septembre 2014 - Fred Dufour, AFP/Archives
Un classe à Paris, le 9 septembre 2014 - Fred Dufour, AFP/Archives

Un enseignant a été suspendu cette semaine à Bruxelles pour avoir montré à ses élèves de 10-11 ans une caricature publiée par Charlie Hebdo montrant le prophète Mahomet nu à quatre pattes, qui a été jugée "obscène" par sa direction.

L'information, révélée par le quotidien La Libre Belgique, a été confirmée à l'AFP par le porte-parole de la bourgmestre de Molenbeek, la commune bruxelloise où se sont produits les faits. Selon ce porte-parole, Rachid Barghouti, "deux ou trois parents" se sont plaints à la direction de cette école primaire qu'un dessin montrant les parties génitales du prophète soit brandi devant "des enfants de 5e et 6e primaire" (les deux derniers niveaux de primaire, ndlr).

"Des images obscènes"

Dans le cadre d'un cours sur la liberté d'expression, après l'assassinat ce mois-ci d'un enseignant français ayant montré à ses élèves adolescents plusieurs caricatures de Mahomet, l'instituteur avait choisi de montrer un des dessins de ce lot, déjà publié par l'hebdomadaire français Charlie Hebdo.

Rapportée au directeur de l'école, son initiative a été dénoncée par ce dernier à l'autorité de tutelle, à savoir les élus de l'exécutif municipal. L'enseignant "a été entendu jeudi par le collège communal (le maire --ou bourgmestre-- et ses adjoints, ndlr) et écarté", a expliqué Rachid Barghouti.

"Ce n'est pas une sanction, cela à revient à lancer la procédure disciplinaire", a-t-il ajouté. Une nouvelle audition devant les mêmes élus est programmée jeudi prochain pour décider d'une éventuelle sanction.

"Notre décision est uniquement basée sur le fait qu'il s'agit d'images obscènes, si ça n'avait pas été le prophète on aurait pris exactement la même décision", a affirmé le porte-parole de Catherine Moureaux, la bourgmestre socialiste qui gère la ville en coalition avec les libéraux francophones.

"Aborder à l'école la liberté d'expression est important"

Molenbeek-Saint-Jean, commune populaire d'environ 100.000 habitants, comptant une importante communauté d'origine marocaine, a acquis la réputation d'être un terreau du jihadisme en Europe, quand l'enquête franco-belge sur les attentats parisiens du 13 novembre 2015 (130 morts) a mis en évidence que plusieurs assaillants en étaient originaires.
Selon Rachid Barghouti, aborder à l'école la liberté d'expression "est important, il n'y a aucune censure par rapport à ça". Mais "cela doit se faire dans un cadre un tout petit peu pensé, réfléchi". "Montrer de manière brute des images obscènes à des enfants aussi jeunes, ça n'est pas très malin sur le plan pédagogique", a-t-il insisté.

"Si on a un cours d'histoire qui parle des nus de l'Antiquité, on contextualise, on explique pourquoi on utilisait le nu pendant l'Antiquité", a encore souligné le responsable communal.

Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie de 47 ans, a été décapité le 16 octobre, dix jours après avoir montré à ses élèves de 4e des caricatures de Mahomet lors d'un cours sur la liberté d'expression. Il avait été la cible des réseaux sociaux et d'une mobilisation en ligne.

Article original publié sur BFMTV.com