Belfort : six plaintes pour des « piqûres » lors d’un festival

Belfort : six plaintes pour des « piqûres » lors d’un festival (lepoint.fr)

Trois personnes sont passées par les urgences de l’hôpital dans la nuit de samedi 4 juin pour des tests afin de déterminer si un produit leur a été injecté.

Six personnes ont déposé une plainte, affirmant avoir été piquées samedi soir lors d'un festival de musique à Belfort, a-t-on appris dimanche auprès du parquet. Les plaignants sont deux jeunes hommes et quatre jeunes filles, âgées de 17 à 18 ans, qui se trouvaient au Festival international de musique universitaire (Fimu), a indiqué à l'Agence France-Presse la procureure de la République de Belfort, Jessica Vonderscher. « On a des signes de piqûre, comme on a pu en connaître sur d'autres festivals ou d'autres soirées », a-t-elle expliqué, confirmant une information du quotidien régional L'Est républicain.

Seules « trois personnes sont passées par les urgences de l'hôpital » dans la nuit de samedi à dimanche pour des tests afin de déterminer si un produit leur a été injecté et, si c'est le cas, « quel type de substance », a poursuivi Jessica Vonderscher, qui n'avait pas encore les résultats de ces analyses. Les trois autres personnes ont également été orientées vers l'hôpital pour des tests mais ne s'y sont pas rendues pour l'instant, a ajouté la magistrate. « L'intérêt, c'est qu'elles y aillent », a-t-elle insisté.

Une enquête a été confiée à la police de Belfort, selon la procureure. Une vague inexpliquée de piqûres a touché ces derniers mois des boîtes de nuit, des bars et des festivals à travers la France, avec des plaintes déposées de Lille à Béziers (Hérault) et de Lorient (Morbihan) à Strasbourg, en passant par Grenoble, Nancy, Lyon, Besançon, Valence.

Lire la suite

VIDÉO - "On dansait et j’ai senti une piqûre au niveau de l’épaule": victime d’une piqûre en boîte de nuit, elle témoigne

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles