Affaire "d'ego" plutôt que de "convictions religieuses" : imbroglio après une rixe à Belfort

·1 min de lecture

L'affaire a suscité une grande émotion et de nombreuses réactions politiques pendant le week-end. Mais la réalité semble finalement bien plus nuancée qu'il n'y paraissait. Un jeune homme de 20 ans, de confession musulmane, avait porté plainte samedi à Belfort, affirmant avoir été agressé pour avoir posté une photo de son repas de Noël sur les réseaux sociaux. Une version reprise par plusieurs médias et  figures politiques. Mais lundi, le procureur de la République de Belfort a annoncé l'ouverture d'une information judiciaire visant à "confirmer les circonstances de déclenchement de la rixe", en déplorant la circulation d'"information inexactes".

Après la publication de la photo de son repas de fête, un de ses contacts, âgé de 18 ans, lui aurait demandé s'il fêtait Noël, puis la conversation aurait dégénéré en injures, a précisé le procureur, Eric Plantier, dans un communiqué. Le plaignant, âgé de 20 ans, aurait alors reçu un message injurieux de cette connaissance : "Sale fils de blanc, fils de serpent, fils de policiers... Je vais te montrer ce qu'est un vrai rebeu" (arabe en verlan).

Des "informations parcellaires ou inexactes"

Un rendez-vous avait alors été fixé, auquel le plaignant, déterminé à "régler le problème", s'était rendu accompagné de deux ou trois personnes. Il avait retrouvé son interlocuteur, lui-même accompagné de trois personnes, dont deux frères. Le plaignant et les deux frères avaient alors été impliqués dans la rixe, toujours selon le procureur. Qui a don...


Lire la suite sur Europe1