Belfast espère le retrait de la loi controversée sur la période des "Troubles"

Belfast espère le retrait de la loi controversée sur la période des "Troubles"

Le nouveau gouvernement travailliste britannique de Londres a fait naître l'espoir, de l'autre côté de l'Atlantique Nord, que la loi controversée baptisée "Héritage et réconciliation" serait abolie.

Cette loi, qui est entrée en vigueur en septembre 2023, vise à mettre un terme à toutes les enquêtes futures sur les meurtres non élucidés commis par des républicains irlandais, des loyalistes britanniques et des membres des services de sécurité britanniques pendant les troubles qui ont secoué l'Irlande du Nord entre 1969 et 1998.

Plus de 3500 personnes sont mortes dans ce conflit entre catholiques, en faveur de la réunification de l’Irlande, et protestants, qui soutiennent le maintien de l’Irlande dans le Royaume-Uni.

De nombreuses familles endeuillées n'ont pas obtenu justice pour une multitude de raisons. Notamment des allégations de collusion entre les loyalistes protestants et les Britanniques et de l'absence de poursuites appropriées à l'encontre des membres de l'Armée républicaine irlandaise et de l'Armée nationale de libération de l'Irlande.

Le fils de Pat Molloy, John, a été tué dans le nord de Belfast par des membres de l'Ulster Volunteer Force protestante en 1996. Son père a déclaré à Euronews qu'il était impossible d'obtenir des réponses sur la mort de son fils de la part du gouvernement britannique.

"Malheureusement, la HET (Historical Enquiries Team) nous a dit que les meurtriers de John étaient tous impliqués dans le gang de l'UVF de Mount Vernon qui, en fin de compte, nous l'avons découvert, donnait des informations à la police de son propre chef - en d'autres termes, il y a eu collusion", a-t-il déclaré.

"Ces types étaient à l'abri (des poursuites) parce qu'ils donnaient des informations sur la criminalité à la police et aux services spéciaux", a poursuivi M. Molloy.

Au centre de traumatologie Wave, dans le nord de Belfast, M. Molloy a ajouté que l'adoption de la loi sur l'héritage (Legacy Act) à l'automne dernier avait été comme si l'État britannique l'avait frappée une deuxième fois.

"Cela a été un grand coup de pied pour nous, ici à Wave. Nous ne nous attendions pas à ce qu'ils introduisent ce genre de choses", a-t-il déclaré.

"J'ai toujours cru en la justice. Mes parents m'ont dit que si tu avais des problèmes, tu devais aller voir la police... Je n'ai jamais obtenu de réponse de la police. Je pense que ce texte a été voté pour que les responsables de l'armée britannique ne soient plus poursuivis".

Un bâtiment en feu à Londonderry, en Irlande du Nord, à la suite du Bloody Sunday, l'un des événements les plus notoires des Troubles, en février 1972.
Un bâtiment en feu à Londonderry, en Irlande du Nord, à la suite du Bloody Sunday, l'un des événements les plus notoires des Troubles, en février 1972. - Michel Laurent/Copyright 2019 The AP. All rights reserved.

S'il est une chose qui a uni les partis politiques rivaux d'une Irlande du Nord férocement divisée ces dernières années, c'est bien la loi sur l'amnistie.

Nombreux sont ceux qui pensent qu'elle a été créée pour tirer un trait sur des enquêtes qui s'avèrent difficiles à conclure en raison des difficultés à accumuler des preuves et du fait que de nombreuses personnes ayant joué un rôle central dans des meurtres controversés sont aujourd'hui décédées.

Selon Matthew O'Toole, du parti travailliste social-démocrate et membre de l'assemblée législative à Stormont, ses collègues feront tout ce qui est en leur pouvoir pour s'assurer que les Britanniques respectent leur parole en abolissant la législation.

"Nous les tiendrons au courant. Il est absolument essentiel qu'ils abrogent, remplacent et, franchement, suppriment cette loi abominable", a-t-il déclaré.

"C'est l'une des pires mesures prises par le précédent gouvernement conservateur. Elle a été conçue pour protéger les soldats britanniques de toute responsabilité, même les soldats qui ont assassiné des gens dans les rues d'ici. Elle a également eu pour effet de donner l'immunité aux paramilitaires, républicains et loyalistes, qui ont pris des vies et sont complètement méprisés par les partis politiques d'ici, nous demanderons au nouveau gouvernement britannique de rendre des comptes".

Le Premier ministre irlandais Simon Harris à Dublin, Irlande, mercredi 22 mai 2024.
Le Premier ministre irlandais Simon Harris à Dublin, Irlande, mercredi 22 mai 2024. - AP

Le 17 juillet, le Premier ministre irlandais Simon Harris rencontrera le nouveau Premier ministre britannique Keir Starmer. Il est prévu que les dirigeants discutent de la loi sur l'amnistie.

Le ministre d'Etat du gouvernement irlandais, Thomas Byrne TD, a déclaré à Euronews qu'il y avait un sentiment de soulagement à Dublin que le gouvernement travailliste de Starmer promette de maintenir ce qu'il avait promis lorsqu'il était dans l'opposition.

"Nous sommes très heureux que le parti travailliste ait renouvelé son engagement d'abroger et de remplacer le Legacy Act", a-t-il déclaré.

Le Taoiseach s'est déjà entretenu avec le Premier ministre. Le Tánaiste (chef adjoint) s'est entretenu avec le ministre [britannique] des Affaires étrangères et le ministre de l'Irlande du Nord (Hilary Benn), et de nombreux hommes politiques irlandais ont rencontré ou connaissent une grande partie du nouveau cabinet britannique.

"D'excellentes relations ont été établies et je pense qu'elles peuvent servir de base à une collaboration étroite entre les deux gouvernements dans l'intérêt de la paix et de la prospérité en Irlande du Nord", a déclaré M. Byrne.

Avant les élections législatives britanniques, le gouvernement irlandais avait entamé une procédure judiciaire interétatique contre le Royaume-Uni au sujet de l'introduction de la législation controversée.

En l'absence de date précise pour l'abolition proposée, la balle est désormais dans le camp de Westminster, qui doit décider de la date exacte à laquelle la loi disparaîtra des livres d'histoire. Ce n'est qu'à ce moment-là que le gouvernement irlandais retirera officiellement sa proposition d'action en justice contre les Britanniques.