Selon une étude, les bébés nés par césarienne auraient un développement plus lent que les autres

Johanna Amselem
·2 min de lecture
Fresh newborn toes
Fresh newborn toes

Les bébés venus au monde lors d’une césarienne programmée auraient des écarts de développement, notamment au niveau de la motricité fine, par rapport aux autres enfants nés de manière naturelle.

Les césariennes concernent plus de 20% des accouchements dans le monde. Un chiffre en constante augmentation. En 2000, seize millions de ces actes ont été réalisés. Quinze ans plus tard, ce chiffre grimpe à plus de 29 millions. Si les césariennes permettent de sauver des vies et de vite réagir en cas de complications, elles ne sont pas sans risque.

Une étude, menée par Ola Andersson professeur agrégé et néonatologiste à l'hôpital universitaire de Skåne et Mehreen Zaigham, chercheur post-doctoral en obstétrique et gynécologie dans le même établissement, s’est intéressée aux méfaits possibles causés par la césarienne. D’après les chercheurs, les césariennes planifiées semblent avoir un impact négatif sur le développement du bébé entre quatre et 12 mois par rapport aux bébés nés de manière naturelle.

Pour parvenir à ces conclusions, les scientifiques ont examiné 66 bébés nés lors d’une césarienne programmée qu’ils ont comparé aux naissances de 352 autres bébés. Chaque enfant a été suivi pendant douze mois. Pour comprendre l'impact de la méthode d'accouchement sur le développement du nourrisson, les scientifiques ont demandé aux parents de répondre à des questionnaires relatifs au développement (la communication, la motricité fine, la motricité globale, la résolution de problèmes et la capacité sociale personnelle). Cependant, d’autres facteurs n’ont pas été pris en compte lors des questionnaires comme l’âge de la mère, son poids, etc.

Des écarts concernant la motricité fine

En analysant ces résultats, les auteurs de cette étude ont constaté que les bébés nés par césarienne planifiée avaient des scores plus faibles dans les cinq domaines du développement à l’âge de quatre mois. Les plus grandes différences ont été observées dans la motricité fine. Si à douze mois, les différences se sont atténuées entre les deux groupes d’enfants, elles ont persisté dans le domaine de la motricité globale. Les auteurs confirment que ces résultats sont en adéquation avec de précédentes recherches.

Une explication des différences que nous avons trouvées peut-être due à la manière dont les césariennes modifient la façon dont le bébé adapte sa circulation sanguine et sa respiration pour vivre en dehors de l'utérus de la mère”, avancent les auteurs. De plus, les bébés nés par césarienne ne sont pas soumis au stress de l'accouchement par voie basse. Ce stress aide le bébé à adapter sa circulation et sa respiration à l'extérieur de l'utérus.

Par ailleurs, les auteurs rapportent que les bébés nés par césarienne sont venus au monde en moyenne 8,4 jours plus tôt que les bébés nés naturellement. Ainsi, l’écart des résultats pourrait aussi être lié à cette petite avance.

Ce contenu peut également vous intéresser :